Derrière Aphex Twin et Miley Cyrus, il y a les visuels hallucinés de Weirdcore

02 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Derrière Aphex Twin et Miley Cyrus, il y a les visuels hallucinés de Weirdcore
Aphex Twin ©Weirdcore

Omniprésent derrière les visuels des plus grandes stars de la pop music, le designer numérique Weirdcore allie punk et avant-garde dans des créations qui prônent autant le chaos que l’émerveillement.

Depuis près de quinze ans, Weirdcore fait le tour des salles de concerts et des festivals du monde entier, de Glastonbury à Coachella, en passant par Dour et Sónar. À chaque fois, le créateur franco-britannique y a assure les effets visuels des plus grands artistes que compte la planète pop (Aphex Twin, Miley Cyrus, MIA, Simian Mobile Disco, Mos Def…). À chaque fois, ceux-ci prennent la forme d’écrans géants diffusant un univers hautement pixelisé, clairement WTF, et pourtant fascinant. À l’image de son approche, Weirdcore préférant l’anonymat à la célébrité, n’autorisant les interviews vidéo qu’à la seule condition que son visage soit modifié.

« C’est mon regard halluciné sur les années 1990 ! »

Pour comprendre comment Weirdcore est parvenu à marquer de son empreinte des concerts (re)vus par des centaines de milliers de personnes à travers le monde, il faut remonter à 2009, lors du festival Bloc à Minehead, date de sa première collaboration avec Aphex Twin, grand nom de la scène électronique et grande influence d’artistes tels que Thom Yorke (Radiohead) ou John Frusciante (Red Hot Chili Peppers). À l’époque, Weirdcore étudie encore la communication à l’Université de Leeds, commence tout juste à expérimenter l’animation visuelle, inspiré par ses soirées dans les squats de Londres et l’esthétique graphique underground des années 1990, mais son travail, unique et décalé, est très rapidement remarqué par Aphex Twin. Depuis, les deux compères n’ont jamais cessé de travailler ensemble.

« Quand j’ai commencé à créer des visuels pour Aphex Twin en 2009, je lui ai envoyé énormément de concepts pour cerner ce qui lui plaisait. Par chance, ses goûts évoluent très peu », plaisante Weirdcore à l’occasion d’une interview pour le média Tracks. Inspiré par ses propres expériences et son sens de l’esthétique, le travail de ce colleur numérique est à la fois personnel et universel, matérialisant visuellement les expériences de toute une génération de fêtards du début du millénaire. « Le clip “Collapse”, j’ai beaucoup repensé à mes expériences avec la drogue : c’est mon regard halluciné sur les années 1990 ! »

Spark The Fire de Gwen Stefani, 2014

De l’underground à la pop

Celui qui déclare ne pas se considérer « comme un artiste, mais plutôt comme un designer qui interprète les choses de manière artistique » est l’un des dignes héritiers visuels du punk, dont seule la liberté semble guider ses créations. Peu importe l’imprévu et les accidents inévitables, Weirdcore s’en accommode, en fait une force, et semble même y trouver de la matière pour créer, sans jamais chercher la perfection. Une flexibilité qui lui permet de travailler avec des artistes à l’univers éclectique tels que MIA, dont « les goûts changent d’un jour à l’autre » d’après Weirdcore.

Une façon de travailler qui a contribué à l’évolution de son esthétique, de son approche : « J’ai appris à m’adapter très rapidement », confie-t-il. Mais aussi à s’éloigner du monde underground pour collaborer avec des artistes plus mainstream, sans jamais perdre son identité, foncièrement chaotique, née de bidouillages maîtrisés de divers outils numériques. Ses visuels hallucinants ont ainsi séduit des superstars des charts tels que Gwen Stefani, Miley Cyrus, le groupe de country les Dixie Chicks ou encore un groupe de J-Pop expérimentale auprès duquel Weirdcore semble actuellement prolonger son goût pour les marges et les expériences psychédéliques. « Je trouve que la pop occidentale – en Europe et en Amérique – est devenue si raffinée que l’on dirait presque une publicité, explique-t-il à Dazed. Au Japon, les gens sont encore assez fous et expérimentaux, même dans le monde de la pop, donc je suis très enthousiaste à ce sujet. » Nous aussi, Weirdcore, nous aussi.

À lire aussi
De la techno en visuels hypnotiques 3D, Aphex Twin continue de nous téléporter dans le futur de la musique
capture d’écran de l’application « YXBoZXh0d2lu”
De la techno en visuels hypnotiques 3D, Aphex Twin continue de nous téléporter dans le futur de la musique
Quand on s’appelle Aphex Twin, toute innovation est bonne à prendre pour décupler les sensations et univers mentaux suggérés par ses…
22 août 2023   •  
Écrit par Manon Schaefle
Technologies et inclusivité : un gilet connecté pour ressentir la musique de l'intérieur
© Photographie ANGELA WEISS / AFP
Technologies et inclusivité : un gilet connecté pour ressentir la musique de l’intérieur
Pour faciliter l’accès à l’art des personnes en situation de handicap, les technologies du numériques s’évertuent à trouver des solutions…
14 août 2023   •  
Écrit par Manon Schaefle
"Conscientiser des arbres, ça n’est pas de la science-fiction", rencontre avec le studio ZABRA
“Mirrorless Idol” ©João Pedro Fonseca
« Conscientiser des arbres, ça n’est pas de la science-fiction », rencontre avec le studio ZABRA
À Lisbonne, le studio Zabra a profité du festival Sónar+D pour dévoiler les trois installations du dispositif Limbic Landmarks…
30 mars 2024   •  
Écrit par Laurent Catala
Explorez
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
“Attila cataracte ta source/aux pieds des pitons verts/finira dans la grande mer/gouffre bleu/nous nous noyâmes/dans les larmes marées de la lune”, Pavillon français, Julien Creuzet ©Jacopo La Forgia
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
Alors que la 60ème édition de la Biennale de Venise vient d’être inaugurée, zoom sur cinq artistes qui mettent l’art numérique au centre...
18 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
"Poetics of Encryption", l'exposition qui explore notre relation (complexe) aux technologies
“holding death close”, 2021. Video still ©enorê
« Poetics of Encryption », l’exposition qui explore notre relation (complexe) aux technologies
Présentée à la galerie KW et inspirée du livre “Poetics of Encryption: Art and the Technocene” de Nadim Samman, l'exposition berlinoise...
16 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
"À quoi rêvent les ondes ?" La belle exposition du collectif Bones & Clouds
“D'ici peu...” ©Bones & Clouds
« À quoi rêvent les ondes ? » La belle exposition du collectif Bones & Clouds
Matérialiser ce qui échappe à notre perception ; créer un point de connexion entre l'art, la science et la spiritualité ; éprouver...
15 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
"What The Punk!", le documentaire qui décrypte la naissance des CryptoPunks
Extrait du documentaire “What The Punk!”
« What The Punk! », le documentaire qui décrypte la naissance des CryptoPunks
Présenté lors de la dernière édition du Festival international du film sur l’art (FIFA), “What The Punk!” revient sur l’une des plus...
12 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Botanique et science-fiction : rencontre avec l'artiste pluridisciplinaire Léa Collet
Botanique et science-fiction : rencontre avec l’artiste pluridisciplinaire Léa Collet
Candide l’affirmait : “Il faut cultiver notre jardin”. L’artiste Léa Collet, elle, cultive le sien sur le vaste terrain du numérique....
19 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Book club : "Le Samouraï virtuel" de Neal Stephenson
Book club : « Le Samouraï virtuel » de Neal Stephenson
Avant de s’imposer dans les musées, l’art numérique trouve sa source dans les bibliothèques. « Book Club » revient sur ces livres...
19 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
“Attila cataracte ta source/aux pieds des pitons verts/finira dans la grande mer/gouffre bleu/nous nous noyâmes/dans les larmes marées de la lune”, Pavillon français, Julien Creuzet ©Jacopo La Forgia
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
Alors que la 60ème édition de la Biennale de Venise vient d’être inaugurée, zoom sur cinq artistes qui mettent l’art numérique au centre...
18 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Bill Viola, au seuil de l'image et du temps
Bill Viola. “Sculptor of Time” ©Tempora/Anthony Dehez
Bill Viola, au seuil de l’image et du temps
En 18 œuvres vidéo aussi diverses (écrans, installations, salles immersives) que puissantes, l’exposition “Sculptor Of Time” du Musée de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Laurent Catala