À Montréal, la Biennale internationale d’art numérique simule le réel (et c’est merveilleux !)

À Montréal, la Biennale internationale d'art numérique simule le réel (et c'est merveilleux !)
“Retro”, de Nicolas Baier ©Gridspace courtoisie de ELEKTRA

À Montréal, la Biennale d’art numérique (BIAN), pilotée par ELEKTRA, dont on fête cette année le 25e anniversaire, se présente comme un moment important de la création artistique contemporaine. À raison, tant il émane de cette 7e édition une puissance, une poésie et une inventivité qui entraînent dans leur sillage celles et ceux convaincus que le monde n’est qu’une illusion que l’art rend vraie.

Quelques heures à peine avant de découvrir le contenu de la 7e Biennale internationale d’art numérique, une fois encore pilotée par ELEKTRA, un petit détour s’impose par le Centre d’art contemporain de Montréal et le Centre PHI où deux œuvres semblent vouer à se faire écho, à nourrir une même réflexion au sujet de l’environnement. Au MAC, tout d’abord, on se prend de passion pour Les arbres communiquent entre eux à 220 hertz, une installation vidéographique 3D tournée dans les forêts québécoises. « Chaque année, et l’été 2023 en est la preuve, ces forêts brûlent et disparaissent, regrette Nelly-Eve Rajotte. Ce travail vise donc à archiver cette nature, son expression, son essence, dans l’idée de continuer à expérimenter la forêt au milieu des buildings de Montréal. »

Si Les arbres communiquent entre eux à 220 hertz est si impactante, c’est non seulement parce qu’elle crée la rencontre, hautement fantasmée, entre l’esthétique naturaliste de Marshmallow Laser Feast et la peinture romantique allemande (Caspar David Friedrich), mais aussi parce que l’on sent davantage la nature dans laquelle l’œuvre a pris forme que l’ordinateur avec laquelle elle a été faite. C’est un shot de poésie, un moment de vie, une douceur, malheureusement quelque peu ternie par la présence de cet arbre d’où proviennent les sons et que Nelly-Eve Rajotte présente comme « possiblement l’arbre le plus heureux de Montréal à l’heure actuelle ». On ne peut hélas s’empêcher de penser qu’il y a comme une contradiction entre le propos de l’œuvre et le sort réservé à cet arbre, isolé dans le noir, mis en pot loin de son écosystème naturel. Les sons qu’il émet ne seraient-ils pas dès lors ceux d’une complainte, la sienne, implorant de renouer avec la terre ?

Vue d'une forêt québécoise, extraite de l'œuvre 3D de Nelly-Eve Rajotte
Les arbres communiquent entre eux à 220 hertz ©Nelly-Eve Rajotte 

L’écologie en perspective

À une dizaine de minutes à pied du MAC, c’est donc au Centre PHI, dans le vieux Montréal, que Broken Spectre agit comme un choc. On en parlait déjà ici, le temps d’une rencontre avec Richard Mosse autour de la valeur marchande de la forêt amazonienne, on en a désormais la certitude : le photographe et réalisateur irlandais signe ici un manifeste, une œuvre bien plus éloquente que des dizaines d’ouvrages ou des centaines d’aller-retour en classe verte. Il y a en effet dans Broken Spectre suffisamment de style, de maîtrise des dispositifs scéniques, d’idées de mises en scène, rendues plus puissantes encore grâce à la BO signée Ben Frost, de séquences intenses et d’images marquantes pour imprimer durablement la rétine.

Sur la route de l’Arsenal art contemporain, où se tient l’exposition principale de la BIAN, on ne peut ainsi s’empêcher de repenser, encore et encore, à cette femme, à bout de souffle, les larmes aux yeux mais le cœur vaillant, défiant Jair Bolsonaro, convaincue d’en venir aux armes si jamais le président brésilien tentait d’effacer l’histoire de son peuple, de sa forêt, de sa vie. Pour la petite anecdote, précisons que Richard Mosse n’avait aucunement conscience du propos de la jeune femme ; ce n’est que quelques mois plus tard, après avoir fait appel à un traducteur, que la portée de son discours lui a sauté aux yeux, bouleversé et désormais certain d’être investi d’une mission.

Vue surplombante de la forêt amazonienne, extraite du film "Broken Spectre" de Richard Mosse.
Broken Spectre ©Richard Mosse

Juste une illusion

D’émotion, il en est une nouvelle fois question au sein de la BIAN, dont le parcours d’exposition débute par cette phrase, empruntée à Philip K. Dick et criante de vérité : « Nous vivons de plus en plus dans un monde d’images, et d’images qui sont complétement illusoires, et la plupart des gens de notre société n’ont plus de rapport avec le réel qu’à travers un écran. » Pour cette 7e édition, placée sous le signe de l’illusion, il s’agit donc moins d’explorer ces réalités parallèles dans lesquelles la plupart des gens vivent présentement que de se servir des outils technologiques contemporains (IA, métavers, 3D) pour poser un regard sur le monde, idéalisé ou non, critique ou pas.

Avec I’m Feeling Lucky, Timothy Thomasson se sert par exemple de Google Street View pour repenser les peintures panoramiques du 19e siècle et ainsi présenter un paysage virtuel infini, comme débarrassé des enjeux politiques, écologiques et géographiques qui agitent l’époque. Même quête d’intemporalité chez Sébastien Lacomblez et Emmanuel Pire, ce duo belge qui transforment ici une idée (« Les formes ne sont pas différentes du vide et le vide n’est pas différent des formes ») en une vidéo d’où surgissent des entités en constante métamorphose. Parfois familières, d’autres fois étranges, voire difformes, celles-ci appuient l’idée selon laquelle chaque élément sur Terre est temporaire, systématiquement voué à se dissoudre ou à se réinventer.

Des jeunes visiteurs s'amusant devant l'œuvre interactive de Louis-Philippe Rondeau
Veillance, de Louis-Philippe Rondeau ©Gridspace courtoisie de ELEKTRA

Un art en temps réel

À l’Arsenal, il n’est quoiqu’il arrive question que de mouvements : ceux du public se succédant derrière un micro pour dicter une phrase servant de prompt générant illico une représentation visuelle sur grand écran ; ceux de ces individus curieux de se faire scanner en taille réelle par Veillance, l’installation interactive plébiscitée de Louis-Philippe Rondeau (près 3 500 scans en à peine vingt jours d’exposition) ; ceux de la structure d’écrans courbée et suspendue de Persistence of Fiction du collectif Hidden Edges ; ceux des formes architecturales imaginées par Obvious, qui tente via l’IA de répliquer certains des chemins logiques dissimulés du cerveau (Illusive Appearance) ; ceux, enfin, des habitants de Séoul, dont les émotions, analysées via une IA reliée aux messages publiés sur les réseaux sociaux, modifient en temps réel les expressions des visages exposés, tantôt ambigüs, tantôt dépités ou souriants.

Photo de l'œuvre de Lee Jaehyung, où les visages des habitants de Séoul sont modifiés en temps réel grâce à l'IA.
Fade Of City, de Lee Jaehyung ©Gridspace courtoisie de ELEKTRA

Accompagnée de diverses tables rondes – sur la notion d’immersivité, sur l’état du marché de l’art numérique -, cette Biennale séduit donc d’office de par la diversité des propositions artistiques et des formes de narration présentées. À observer l’espace d’exposition, on comprend effectivement très vite qu’ici, le spectaculaire ne prime jamais sur la substance, que Kurt d’Haeseleer, Chun Hua Catherine Dong, Cinzia Campolese, Oli Sorenson (dont une série d’œuvres est à retrouver dans le portfolio de Fisheye Immersive – La Revue), Robbie Cooper ou encore Shu Lea Cheang, tous en dialogue constant avec leur médium, ne sont pas de ces esprits confinés dans une seule forme de culture. Il y a chez eux, c’est là toute l’intelligence d’ELEKTRA de les avoir réunis ainsi, une même certitude, une même conviction qui consiste à dire : non, le réel n’est pas qu’une affaire de prise documentaire, c’est aussi une question d’imagination.

Spectatrice se baladant face à une peinture numérique de Nicolas Baier.
Nicolas Baier ©Gridspace courtoisie de ELEKTRA

Au moment de quitter Montréal, on repense ainsi aux immenses impressions 3D de Nicolas Baier, notamment une représentant une forêt fantasmée, qui semble comme diluée, enveloppée, voire même infiltrée par le numérique. Ce ne pourrait être là qu’un jeu sur la perception du vrai et du faux ; c’est à l’inverse l’incarnation du propos formulé par cette Biennale des arts numériques : dans l’art, l’illusion et le doute sont les deux faces d’une même réalité.

À lire aussi
Montréal en Lumière : l'art fait sa nuit blanche
“Last Species on Earth” ©Shonee
Montréal en Lumière : l’art fait sa nuit blanche
Incarné par une Nuit Blanche festive et rassembleuse, Montréal en Lumière a chaque année la bonne idée d’inclure des œuvres numériques au…
05 mars 2024   •  
Écrit par Maxime Delcourt
SAT Fest 2024 : 6 œuvres fulldome repérées à Montréal
SAT Fest 2024 : 6 œuvres fulldome repérées à Montréal
Rendez-vous incontournable des amateurs d’expériences fulldome, le SAT Fest, basé à Montréal, récompense chaque année des projets…
09 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Mustapha Azeroual et Marjolaine Lévy : Immersion en haute mer
Mustapha Azeroual et Marjolaine Lévy
Mustapha Azeroual et Marjolaine Lévy : Immersion en haute mer
Aux côtés de Marjolaine Lévy, Mustapha Azeroual s’immisce pour la première fois au sein de l’art immersif tout en se tenant à bonne…
24 juin 2024   •  
Écrit par Maxime Delcourt
Explorez
Allô ! La Terre : quand l'art numérique fait le plein d'espace
“Sea Of Tranquility” ©Unfold
Allô ! La Terre : quand l’art numérique fait le plein d’espace
Orbitant autour de la thématique spatiale, de nombreux artistes issus du numérique s'inspirent du cosmos et de son univers foisonnant...
23 juillet 2024   •  
Écrit par Maxime Delcourt
Les rencontres SVSN : à l'avant-garde du théâtre XR ?
“Le White Out” - Cie Le Clair Obscur, SVSN 2024 ©Dark Euphoria | Céline Delatte
Les rencontres SVSN : à l’avant-garde du théâtre XR ?
Les 5 et 6 juillet dernier, les rencontres SVSN - spectacle vivant, scènes numériques - ont investi le Festival d’Avignon pour la...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Entretien avec Caroline Poggi et Jonathan Vinel : la formule d'un cinéma hybride
Caroline Poggi et Jonathan Vinel ©Philippe Lebruman.
Entretien avec Caroline Poggi et Jonathan Vinel : la formule d’un cinéma hybride
Tourné dans le décor rustique du Havre, “Eat The Night” raconte le passage à l'âge adulte, la violence qu'il sous-tend, ainsi que la...
17 juillet 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Bill Viola : 50 ans de carrière en 5 dates clés
"Inverted Birth", 2014 ©Bill Viola Studio
Bill Viola : 50 ans de carrière en 5 dates clés
On le savait souffrant. Le 12 juillet dernier, Bill Viola, 73 ans, a fini par succomber à la malade d'Alzheimer. Afin de lui rendre...
15 juillet 2024   •  
Écrit par Maxime Delcourt
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Allô ! La Terre : quand l'art numérique fait le plein d'espace
“Sea Of Tranquility” ©Unfold
Allô ! La Terre : quand l’art numérique fait le plein d’espace
Orbitant autour de la thématique spatiale, de nombreux artistes issus du numérique s'inspirent du cosmos et de son univers foisonnant...
23 juillet 2024   •  
Écrit par Maxime Delcourt
L'œuvre du jour : "Fighters", de Quayola
“Fighters”, 2024 ©Quayola
L’œuvre du jour : « Fighters », de Quayola
Inspiré par les sculptures inachevées de Michel-Ange, l’artiste multimédia italien Quayola s’associe au compositeur électronique Max...
22 juillet 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Les rencontres SVSN : à l'avant-garde du théâtre XR ?
“Le White Out” - Cie Le Clair Obscur, SVSN 2024 ©Dark Euphoria | Céline Delatte
Les rencontres SVSN : à l’avant-garde du théâtre XR ?
Les 5 et 6 juillet dernier, les rencontres SVSN - spectacle vivant, scènes numériques - ont investi le Festival d’Avignon pour la...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Un été au Havre : découvrez la ville qui n'existait pas imaginée par Grégory Chatonsky
“La ville qui n’existait pas” ©Grégory Chatonsky
Un été au Havre : découvrez la ville qui n’existait pas imaginée par Grégory Chatonsky
Tous les étés, Le Havre nous invite à venir passer du temps dans ses rues, et à contempler les oeuvres d'art de son événement annuel...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard