Collectif Obvious : « À chaque découverte technologique de nouvelles disciplines artistiques apparaissent »

10 octobre 2023   •  
Écrit par Maxence Grugier
Collectif Obvious : « À chaque découverte technologique de nouvelles disciplines artistiques apparaissent »
©Obvious

Création d’un laboratoire autour de l’IA créative à la Sorbonne, participation à la Biennale Némo, acteurs incontournables de la communauté NFT internationale, il serait vraiment difficile d’ignorer les activités du collectif Obvious. Soit Gauthier Vernier, Pierre Fautrel et Hugo Caselles-Dupré, trois amis d’enfance, pionniers – presque – malgré eux de l’art génératif via l’intelligence artificielle depuis cette vente record (432.500 dollars) d’une œuvre générée par une IA chez Christie’s en 2018. Rencontre.

Obvious, c’est l’aventure de trois copains, parmi lesquels un doctorant post-doc en intelligence artificielle, Hugo Caselles-Dupré, désormais officiellement chercheur dans ce domaine. Les deux autres, de formation écoles de commerce, entreprenariat et en économie, sont plutôt amateurs d’art, mais n’entretiennent pas vraiment de relation avec le milieu de la tech, ni avec celui des galeries. En 2017, alors qu’ils sont tous étudiants et partagent une colocation, ils décident toutefois de se lancer dans un projet artistique réunissant intelligence artificielle et création artistique.

« Faire de l’art en utilisant les compétences d’Hugo dans le domaine de l’IA nous a semblé tout naturel après qu’il nous ait présenté un article de recherche sur la génération d’images. Nous étions fascinés par les possibilités que semblaient offrir ces technologies », précise d’emblée Gauthier Vernier. Ce qui, fatalement, donne envie de prolonger l’échange.

L’union de l’art et de la technologie semble naturelle pour vous, mais ne tombait finalement pas sous le sens en 2017…

Gauthier Vernier : C’est peut-être cette candeur qui nous a permis d’oser aller dans cette direction en créant Obvious, sans se poser trop de questions. Nous nous intéressons à l’art, mais nous ne connaissions rien au milieu et à son fonctionnement. Ce qui était évident, en revanche, c’est que nous avions entre les mains un outil à l’incroyable potentiel créatif. Via Hugo, nous connaissions depuis au moins quatre ans cet algorithme, très populaire dans le milieu de la recherche mais cantonné aux travaux de laboratoires. Nous étions étonnés d’être les premiers à envisager de l’utiliser comme nous l’avons fait ! Il était pourtant certain que cette technologie allait avoir un énorme impact sur la société – et l’on peut s’en rendre compte à présent, tant son usage déclenche débats et polémiques.

Lighthouse of Alexandria ©Obvious

Cet outil dont tu parles, s’agit-il des fameux GAN, pour Generative Adversarial Network, le réseau de neurones antagonistes ?

Gauthier Vernier : Tout à fait ! Les GAN sont les ancêtres de tous les algorithmes de génération d’images qu’utilisent des plateformes telles que Midjourney ou Stable Diffusion. Le principe était d’utiliser ces programmes afin de créer des images nouvelles avec un très grand nombre d’images sources. C’est ce que l’on a utilisé pour faire notre première série de portraits, issus eux-mêmes de 15 000 œuvres que l’on a fait analyser à l’algorithme afin de lui apprendre à créer lui-même. Ce qui est intéressant dans le fonctionnement des IA par aller et retour (antagonistes, NDR), c’est que l’on voyait apparaître en 2017 une certaine forme d’inventivité dans les résultats proposés. Très tôt, s’est donc posée la question du statut de l’artiste, de l’originalité d’une œuvre, du droit d’auteur et tous les débats que nous voyons apparaître aujourd’hui avec les nouveaux algorithmes text to image ou text to video.

Comment de jeunes amateurs d’art inconnus réussissent-ils à entrer dans un réseau de vente aux enchères internationales comme Christie’s ?

Gauthier Vernier : Par chance ! Nous avions créé une première œuvre, le Portrait d’Edmond de Belamy. À la différence des créations NFT il s’agissait d’une œuvre physique et nous avons donc cherché des endroits où l’exposer à Paris. L’idée était de la présenter à l’école 42 puisqu’elle accueille Art 42, une collection d’art urbain appartenant à Nicolas Laugero Lasserre (directeur de l’école du management de l’art ICART et fondateur de l’association Artistik Rezo, NDR). Cette personne était intéressée par notre travail et nous a fait part de son envie d’acheter une de nos œuvres.

Cet achat a généré pas mal de buzz dans la presse alors que, parallèlement, se déroulait à New York un séminaire international organisé par Christie’s sur la blockchain et le NFT. Au même moment, nous sortions nos premiers NFT sur une plateforme nommée SuperRare qui participait à l’évènement. Les responsables de Christie’s ont apprécié le fait que nous produisions des œuvres physiques et ont demandé à nous rencontrer. La suite appartient à l’histoire puisqu’elle a vendu le Portrait d’Edmond de Belamy 432 500$.

Portrait d’Edmond de Belamy ©Obvious

Aujourd’hui vous lancez votre « Laboratoire » à la Sorbonne au sein de l’Amphithéâtre Liard aux côtés du docteur en sciences informatiques Matthieu Cord. Comment et pourquoi vous êtes-vous investis dans ce projet ?

Gauthier Vernier : Nous sommes très proches de la recherche grâce à Hugo qui publie des articles à ce propos dans des revues scientifiques et côtoie des chercheurs de haut niveau. Au sein du collectif, nous cultivons cet ADN de R&D continu. Pour nous, il est important de participer à notre manière au développement de la science tout en proposant une évolution de la création artistique. Nous sommes animés par cette croyance que l’art et la science sont étroitement liés, qu’à chaque découverte technologique de nouvelles disciplines artistiques apparaissent et que le développement de la science peut aussi être inspiré par l’imaginaire des artistes. Ce n’est évidemment pas nouveau, ce sont des idées qui datent de la Renaissance. C’est ce que nous avons dit à Matthieu Cord qui est un chercheur, mais également grand amateur d’art. Ensemble nous avons monté un dossier que nous avons porté à l’ANR (Agence Nationale de Recherche) qui a accepté de financer le projet de laboratoire sur ces questions d’IA et de création, le « Laboratoire Obvious Research ».

GauthierVernier
« Pour nous, il est important de participer à notre manière au développement de la science tout en proposant une évolution de la création artistique.  »

Quels rapports entretenez-vous avec l’écosystème de la création numérique ?

Gauthier Vernier : Nous sommes proches des artistes numériques par plusieurs biais. Nous sommes co-fondateurs de la NFT Factory, nous sommes donc extrêmement connectés avec les artistes français de l’IA et du NFT. Nous sommes également hébergés par Danysz Gallery, qui est un lieu orienté street art mais très intéressée par l’innovation en art. C’est en particulier grâce à cette galerie que nous participons actuellement à la Biennale Némo qui se tient au CENTQUATRE-PARIS. Nous baignons aussi dans la communauté des IA artistes. C’est un petit milieu où l’on surveille tout ce que font les uns et les autres, et qui a un fort ressort médiatique à travers le monde.

À ce propos, que penses-tu de la réception médiatique de la vente de votre Portrait d’Edmond de Belamy chez Christie’s en 2018 ?

Gauthier Vernier : La réception a été polarisée et tranchée. On peut dire que cela nous a déstabilisés au départ. Nous ne nous attendions pas à ce que l’opinion publique s’en empare aussi rapidement, et surtout de façon aussi radicale. Pour autant, cela a également généré des débats intéressants qui mettent en avant une approche différente de l’union entre l’intelligence artificielle et l’art.

Hanging Gardens Of Babylone ©Obvious

Plus généralement, que penses-tu de la façon dont les médias traitent de la question de la création à l’aide d’intelligence artificielle ?  

Gauthier Vernier : Au début de la médiatisation de ce sujet, il y a eu beaucoup de malentendus. De nombreux articles ont été écrits en récupérant des informations de seconde main dans des papiers mal informés, ou biaisés. Aujourd’hui, on peut mettre les mains sur ces outils grâce à des plateformes que tout le monde connaît, comme Midjourney, Stable Diffusion ou DALL-E, les trois grands modèles d’IA génératrices d’images. Les gens commencent à comprendre de quoi il s’agit réellement et les journalistes sont mieux informés. Le débat est donc plus sain. En tant que collectif, nous sommes heureux que ce débat ait lieu. D’une manière ou d’une autre, il est important de pouvoir en parler.

GauthierVernier
« Ce qui nous intéresse, c’est de travailler sur de nouvelles manières de créer, pas dans un but d’optimisation, de perfection, comme c’est souvent le cas avec l’IA, mais d’aller dans le sens de l’artistique.  »

Quelles sont vos ambitions avec le « Laboratoire Obvious Research » ?

Gauthier Vernier : Nous allons développer deux axes de recherches. Le premier à propos d’un programme de text to video, et le second de mind to image, c’est-à-dire de génération d’images à partir d’ondes cérébrales. Ce qui nous intéresse, c’est de travailler sur de nouvelles manières de créer, pas dans un but d’optimisation, de perfection, comme c’est souvent le cas avec l’IA, mais d’aller dans le sens de l’artistique, avec un concept fort derrière. Nous avons d’autres idées qui permettraient de répondre aux différents challenges que nous rencontrons quotidiennement quand nous créons avec des algorithmes. Avec ce laboratoire, et grâce à la Sorbonne, nous aurons les moyens de les développer.

Si l’IA n’existait pas ou n’était pas effective, vers quoi vous seriez-vous dirigés en tant qu’artistes ou qu’individus ?

Gauthier Vernier : Je pense que nous serions sur d’autres formats. Certainement plus conceptuels. Nous n’avons pas de vraies formations artistiques, mais nous avons une appétence pour l’expression artistique et la culture en général, donc nous nous serions certainement penchés sur l’écriture, la création de jeux, le game design, peut-être même l’élaboration de films ou de séries.

À lire aussi
Pour son come-back, la Biennale Némo s'attaque aux "je" démultipliés du digital
Maison Autonome. credits : Biennale Nemo
Pour son come-back, la Biennale Némo s’attaque aux « je » démultipliés du digital
À bon entendeur… 2023 est décidément l’année des biennales. Le grand rendez-vous des arts numériques s’apprête à faire son…
19 juillet 2023   •  
Écrit par Manon Schaefle
Obvious Research : l’IA s’invite à la Sorbonne
©Obvious Research/Sorbonne
Obvious Research : l’IA s’invite à la Sorbonne
Après avoir secoué le monde des enchères suite à la vente surmédiatisée de leur “Portrait d’Edmond de Belamy”, adjugé à 432 500 dollars…
03 octobre 2023   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Gxrls Revolution, rencontre avec le collectif qui donne la parole aux femmes artistes du Web3
©Inès Alpha
Gxrls Revolution, rencontre avec le collectif qui donne la parole aux femmes artistes du Web3
Si le monde de l’art est déjà majoritairement masculin, lorsqu’il se digitalise, les femmes peinent encore plus à se faire voir….
14 septembre 2023   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Explorez
Chun Hua Catherine Dong : "L’IA me permet d’économiser du temps et de l’argent au moment de créer"
“Reconnection”, performance photographique, 2021 ©Chun Hua Catherine Dong
Chun Hua Catherine Dong : « L’IA me permet d’économiser du temps et de l’argent au moment de créer »
Parmi les figures de l’art numérique québécois les plus exposées en France et à l’international, Chun Hua Catherine Donc se tient...
20 mai 2024   •  
Écrit par Maxime Delcourt
Doku, la réincarnation « bouddhiste » de Lu Yang ?
Doku, la réincarnation « bouddhiste » de Lu Yang ?
Artiste multimédia, diplômé du département des Arts médias de l'Académie nationale des beaux-arts de Chine à Hangzhou, Lu Yang répand sa...
14 mai 2024   •  
Écrit par Benoit Gaboriaud
Innerspace VR : 10 années de création en dix dates clés
“Peach Garden” ©Innerspace VR
Innerspace VR : 10 années de création en dix dates clés
Innerspace VR a été l'un des premiers studios dédiés à la création en réalité virtuelle. Il a établi des connexions avec l'international...
06 mai 2024   •  
Écrit par Maxime Delcourt
Jakob Kudsk Steensen : « Il est naïf de créer des séparations entre les “beaux-arts” et l'art numérique»
Jakob Kudsk Steensen ©Bastian Thiery
Jakob Kudsk Steensen : « Il est naïf de créer des séparations entre les “beaux-arts” et l’art numérique»
Jusqu’au 27 octobre 2024, à l’occasion du 250e anniversaire de la naissance de Caspar David Friedrich, la Kunsthalle de Hamburg établit...
03 mai 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Premier contact : Gala Hernández López en 3 infos essentielles
©Julien Liénard
Premier contact : Gala Hernández López en 3 infos essentielles
Être artiste, c’est permettre la rencontre avec une œuvre, une pensée, un thème, une esthétique....
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Book club : « Manifesto for Cyborgs » de Donna Haraway
Book club : « Manifesto for Cyborgs » de Donna Haraway
Avant de s’imposer dans les musées, l’art numérique trouve sa source dans les bibliothèques. « Book Club » revient sur ces livres...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Art numérique : les artistes arabes demandent voix au chapitre
Skyseeef, Série Culture is the waves of the future, 2024, photographie © Skyseeef
Art numérique : les artistes arabes demandent voix au chapitre
À l’occasion de l’exposition “Arabofuturs” actuellement présentée à l’Institut du Monde Arabe, reportage auprès des artistes...
22 mai 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Paris : 3 œuvres numériques à voir pendant la Nuit Blanche
K2-18B ©Musée Cognac
Paris : 3 œuvres numériques à voir pendant la Nuit Blanche
Et si samedi 1er juin, vous délaissiez votre lit pour passer la nuit au musée ? À l’occasion de la Nuit Blanche, Fisheye Immersive...
21 mai 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard