Alex Augier : l’art de la performance audiovisuelle

Alex Augier : l’art de la performance audiovisuelle
© Alex Augier

Depuis 2014, l’artiste pluridisciplinaire Alex Augier propose des représentations numériques mêlant sons électroniques et visuels digitaux. Toujours à la recherche de nouveautés, ce touche-à-tout, a fait sa place dans le monde artistique depuis une dizaine d’années. Rencontre.

© Alex Augier
AlexAugier
« L’objectif n’est pas de faire la plus belle musique ou les plus belles images mais de créer une prestation audiovisuelle définitive et indivisible. »
© Quentin Chevrier : Alex Augier – NEMO
AlexAugier
« C’est vrai que je me sens davantage musicien, sans pour autant être monomaniaque. Pour tout dire, je m’intéresse à pleins d’autres choses. »
© Alex Augier
© Alex Augier

© Quentin Chevrier : Alex Augier – P(O)ST

« Même si ce que je fais est transversal, je me définis plutôt comme un musicien. Chacun de mes projets dépend moins d’une approche visuelle que musicale ». Lorsqu’on lui demande de se définir, Alex Augier ne fait que peu de mystères. Le Français a développé depuis une dizaine d’années son côté artiste, assumant volontiers ses multiples envies. « J’ai toujours fait de la musique, en autodidacte, que ce soit de la batterie, du piano, de la composition… Ce n’est que plus tard que je me suis intéressé à la musique électronique, explique-t-il, avant d’émettre une nuance. Attention, quand je dis « musique électronique », c’est vraiment au sens de l’utilisation des sons et des instruments électroniques. Cela ne se résume pas au dancefloor ».

Mais alors en quoi consiste exactement son art ? Mêlant musique et visuels, Alex Augier s’appuie sur des programmes numériques afin de créer des performances d’une quarantaine de minutes qu’il joue, par la suite, en live sur les scènes du monde entier. Quant à savoir ce qui le différencie d’autres artistes, la réponse est simple : dans ses œuvres, il n’y a pas de musique sans images, et inversement. « Ce qui est très important pour moi, fondamental même – et c’est rarement comme ça –, c’est que mes performances audiovisuelles sont justement des performances audiovisuelles. Ce n’est pas comme si je faisais de la musique avant de m’atteler aux images. Dès le départ, il y a un concept audiovisuel, une idée audiovisuelle. Chez moi, tout est lié ».

Un art minutieux

Si un tel mélange peut opérer au sein des travaux d’Alex Augier, c’est avant grâce à un processus créatif méticuleux, réfléchi, particulièrement construit. À chacun de ses projets, l’artiste pluridisciplinaire pense tout en amont, passe des dizaines d’heures, voire même plusieurs mois, à programmer sur ordinateur ce qu’il souhaite réaliser. Selon lui, ce mode de fabrication lui permettrait, une fois sur scène, de ne plus avoir à se soucier du déroulement de son set-up. Son objectif ? « Ne pas faire la plus belle musique ou les plus belles images, mais créer une prestation audiovisuelle définitive et indivisible ».

Sur sa lancée, Alex Augier affirme comme l’un ne peut fonctionner l’autre. « L’idée, c’est en quelque sorte d’écrire la musique comme une pièce pouvant être interprétée sur scène. Mais avant de pouvoir en arriver à ce stade-là, il faut que la technique soit parfaite. Pour cela, je fais des tests de programmation avec un logiciel capable de gérer le son, les visuels et leurs placements dans l’espace ». Ces prestations, le Français les organise en tableau, un peu à la manière des jam sessions typiques du jazz : un début, une fin et l’opportunité d’évoluer au milieu en laissant place à l’interprétation. On lui parle alors d’improvisation, il rétorque : « Ça peut y ressembler, mais il n’en est rien. Pour le public, il faut quelque chose de plus pensé, surtout que mes sets durent autour de quarante minutes, ce qui est très long… Tout le défi est donc de faire en sorte que le public reste accroché. Sachant cela, l’improvisation est impossible… Ou du moins, je n’en ai pas le talent ! », s’amuse l’intéressé.

Performances hybrides

Passé par un master 2 à Saint-Etienne en réalisation de l’informatique musicale en 2012, puis par l’IRCAM, Alex Augier dit ne pas avoir été biberonné aux musiques électroniques. Son univers, son amour de toujours, ce serait plutôt la musique instrumentale. Heureusement pour nous, ce touche-à-tout reste curieux de ce qui l’entoure et aime à mélanger ses différents intérêts. D’où cette passion pour l’art musical digital : « C’est vrai que je me sens davantage musicien, sans pour autant être monomaniaque. Pour tout dire, je m’intéresse à pleins d’autres choses, notamment le design, l’architecture, les arts en général… La bonne nouvelle, c’est qu’il existe aujourd’hui de nombreux moyens de lier tout ça dans les projets. À commencer par les nouvelles technologies, qui me permettent de créer des visuels génératifs, de confier mes images à un ordinateur afin qu’il les calcule en temps réel ».


Influencé par d’autres artistes, comme Ryoichi Kurokawa ou Robert Henke, Alex Augier confie surtout trouver l’inspiration dans la musique classique, dont certaines de ses pièces reprennent le côté orchestral. Si le clin d’œil à ses origines de musicien est évident, le touche-à-tout dit bouleverser sa démarche à chaque nouveau projet. « J’aime bien changer, en effet. Je n’arrive pas à me dire que je vais refaire un projet et que cela va juste être une variante du précédent. C’est vrai que la tentation est grande de reproduire une formule qui marche, mais c’est encore là le meilleur moyen de tourner, de céder le pas à la fainéantise », analyse-t-il, avant de confier avoir envie d’aller encore plus à l’avenir. Afin d’approfondir certaines de ses idées, mais surtout dans l’idée de se démarquer d’une scène musicale toujours plus attirée par les set-ups visuels.

Pour Alex Augier, il y a toutefois une distinction à faire entre « la musique électronique et un groupe de rock où on voit les artistes jouer l’instrument. Là, on est derrière un ordinateur, ce qui peut-être un peu ennuyeux pour le spectateur. L’objectif est donc de trouver une proposition visuelle capable de pallier ce déficit. Et quitte à être en représentation, autant se mettre en scène et se sentir partir intégrante du dispositif », argumente-t-il, confirmant en quelque sorte qu’il ne sent finalement jamais mieux que sur scène. Très bien, mais n’est-ce pas paradoxal avec sa volonté de publier un album ? « C’est juste une manière de m’affirmer. Je n’arrête pas de dire que je suis musicien, donc il me paraît nécessaire de sortir des disques. De tels objectifs me permettent de clarifier mon statut d’artiste. Le spectacle vivant se voit en vrai, il est fait pour se vivre, conclut-il. Malgré tout, j’aime bien l’idée de laisser une trace avec un disque, de fixer les choses ».

À lire aussi
Le génie de Robert Henke en 5 œuvres spectaculaires
Le génie de Robert Henke en 5 œuvres spectaculaires
Dans le domaine de la création numérique Robert Henke occupe une place de choix, l’artiste allemand s’étant construit une carrière…
12 juin 2023   •  
Écrit par Adrien Cornelissen
Luminariste, 3 secrets pour réussir une installation immersive
©Luminariste
Luminariste, 3 secrets pour réussir une installation immersive
Luminariste est une agence de conception lumière qui cumule les interventions dans le domaine de la muséographie, du…
11 août 2023   •  
Écrit par Adrien Cornelissen
Qui es-tu Ayoung Kim, récente vainqueure du prix Ars Electronica ?
“Delivery Dancer’s Sphere” ©Ayoung Kim
Qui es-tu Ayoung Kim, récente vainqueure du prix Ars Electronica ?
Alors qu’une de ses œuvres est actuellement exposée au HEK de Zürich dans l’exposition Collective “Worldbuilding – l’art dans le…
27 juin 2023   •  
Écrit par Lila Meghraoua
Explorez
Botanique et science-fiction : rencontre avec l'artiste pluridisciplinaire Léa Collet
Botanique et science-fiction : rencontre avec l’artiste pluridisciplinaire Léa Collet
Candide l’affirmait : “Il faut cultiver notre jardin”. L’artiste Léa Collet, elle, cultive le sien sur le vaste terrain du numérique....
19 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
François Bellabas - La mécanique des algorithmes
François Bellabas ©Stéphanie Solinas/ADAGP, Paris, 2024
François Bellabas – La mécanique des algorithmes
On le connaissait pour son travail au sein du duo d’artistes Gourau & Phong qui avait signé la facétieuse...
15 avril 2024   •  
Écrit par Lila Meghraoua
"Conscientiser des arbres, ça n’est pas de la science-fiction", rencontre avec le studio ZABRA
“Mirrorless Idol” ©João Pedro Fonseca
« Conscientiser des arbres, ça n’est pas de la science-fiction », rencontre avec le studio ZABRA
À Lisbonne, le studio Zabra a profité du festival Sónar+D pour dévoiler les trois installations du dispositif Limbic Landmarks...
30 mars 2024   •  
Écrit par Laurent Catala
Romain Carré, un romantique au temps de l’IA
“Cunterstudies” ©Romain Carré
Romain Carré, un romantique au temps de l’IA
Si Romain Carré utilise les technologies contemporaines, c’est pour ressusciter les visions idylliques de la nature nées au XIXe siècle....
19 mars 2024   •  
Écrit par Alexandre Parodi
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Botanique et science-fiction : rencontre avec l'artiste pluridisciplinaire Léa Collet
Botanique et science-fiction : rencontre avec l’artiste pluridisciplinaire Léa Collet
Candide l’affirmait : “Il faut cultiver notre jardin”. L’artiste Léa Collet, elle, cultive le sien sur le vaste terrain du numérique....
19 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Book club : "Le Samouraï virtuel" de Neal Stephenson
Book club : « Le Samouraï virtuel » de Neal Stephenson
Avant de s’imposer dans les musées, l’art numérique trouve sa source dans les bibliothèques. « Book Club » revient sur ces livres...
19 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
“Attila cataracte ta source/aux pieds des pitons verts/finira dans la grande mer/gouffre bleu/nous nous noyâmes/dans les larmes marées de la lune”, Pavillon français, Julien Creuzet ©Jacopo La Forgia
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
Alors que la 60ème édition de la Biennale de Venise vient d’être inaugurée, zoom sur cinq artistes qui mettent l’art numérique au centre...
18 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Bill Viola, au seuil de l'image et du temps
Bill Viola. “Sculptor of Time” ©Tempora/Anthony Dehez
Bill Viola, au seuil de l’image et du temps
En 18 œuvres vidéo aussi diverses (écrans, installations, salles immersives) que puissantes, l’exposition “Sculptor Of Time” du Musée de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Laurent Catala