Le Cube Garges, en immersion dans ce haut-lieu des arts numériques

Le Cube Garges, en immersion dans ce haut-lieu des arts numériques
Le Cube Garges ©Sergio Grazia

À Garges-lès-Gonesse, le Cube Garges se présente depuis son ouverture en début d’année comme un pôle d’innovation culturelle interdisciplinaire et numérique étiré sur 10 000m2. L’équipe, elle, en parle comme d’un « lieu de vie », volontiers axé sur le digital et les nouvelles formes d’expression artistique. Reportage sur place.

Il paraît qu’en devenant adulte, on perd cette forme de porosité au monde que les enfants ont en eux, celle qui leur permet de parler avec ce qui les entoure, de s’inventer des univers totalement fantasmés. Il paraît aussi qu’une sorte de rétrécissement dans la compréhension du monde s’opère au fur et à mesure des années, que l’on se montre de moins en moins curieux. Ce manque d’ouverture, cette lassitude qui surgit une fois adulte, on le ressent parfois d’autant plus auprès de quelques professionnels de l’art, difficiles à enthousiasmer, assis sur leurs acquis et leurs certitudes, blasés par tant d’années à explorer les coulisses du milieu.

À l’évidence, Clément Thibault échappe à ce stéréotype. Il n’y a chez lui aucune lassitude, aucun mépris. Uniquement de l’engouement, de l’appétence, une passion sincère pour la création numérique. Cela se ressent dans son débit de paroles, très intense, et son propos, profondément érudit. Mais cela se voit également dans son regard, du genre à s’illuminer à chaque fois qu’il évoque une œuvre, un concept artistique ou un projet en cours.

©Le Cube Garges

Ça tombe bien : des projets, Clément Thibault en a un paquet en tête pour le Cube Garges, cette structure dont il assure la direction des arts visuels et numériques. Parmi eux, un festival de réalité virtuelle à venir à l’automne, un festival croisant les différentes disciplines représentées au Cube, ainsi que différentes idées qu’ils annoncent « still in the making »… En secret, Clément Thibault rêve également de réaliser toutes les scénographies à domicile, au sein d’un fab lab parfaitement équipé (impression 3D, ateliers d’électronique, ateliers bois, broderie numérique, sticking, etc.). Par souci écologique, mais aussi dans l’idée d’avoir un contrôle encore plus important sur les œuvres/travaux/expériences présentés au sein de l’institution, dont l’ambition est d’« investir le numérique d’imaginaires qui ne soient pas des imaginaires dominants ».

Les reflets du miroir

C’est que le Cube Garges, ouvert fin janvier 2023 en plein cœur de Garges-lès-Gonesse, dans l’idée de rassembler tous les équipements culturels de la ville en un seul endroit, permet de rêver grand : un cinéma, un auditorium, une médiathèque, un espace dédié aux ateliers, un studio, des salles de répétition ou encore un lieu d’exposition pensé « pour distribuer tous les espaces du Cube ». C’est là, dans ce grand espace chaleureux, boisé, cerné par de multiples fenêtres donnant sur l’extérieur, que se tient jusqu’au 1er août Le miroir d’un moment, une exposition imaginée comme « une galerie de portraits du XXIème siècle ».

Inès Alpha ©Le Cube Garges

Clément Thibault poursuit : « L’idée, c’était de se focaliser sur la notion d’identité. En tant que néo-gargeois, les locaux commencent simplement à nous découvrir. Ça me semblait donc intéressant de nous interroger sur notre identité, de réfléchir à qui on est. D’autant que le Covid, notamment via le masque ou les conversations Zoom, a profondément modifié notre rapport à l’autre, aux regards que l’on porte sur les gens, à ceux qu’ils portent sur nous. On a presque l’impression que les miroirs, qui étaient jusqu’alors des surfaces réfléchissantes, sont désormais des surfaces intelligentes, captant, analysant et stockant différentes données. »

Présentée jusqu’au 1er août, Le miroir d’un moment s’appuie autant sur un parcours ludique et interactif que sur une programmation pointue, témoignant des préoccupations des artistes numériques pour les questions liées au double virtuel, à l’extension du corps, au trouble des identités : autant de problématiques également soulevée lors de la dernière édition du Palais Augmenté, où les travaux d’Inès Alpha et Lu Yang jouissaient déjà d’une belle mise en avant. Au Cube Garges, ces derniers ne sont pas les seuls à aborder le sujet, à interroger notre temps et à le refléter « à partir du visage de celles et ceux qui le vivent » : Mario Klingermann, Patrick Tresset, Ana Rajčević et divers artistes locaux sont également invités à expérimenter le visage humain, et plus précisément encore ce que ce dernier reflète des inquiétudes, des craintes et de la beauté de l’époque.

©Le Cube Garges

La tête dans le Cube

Si Le miroir d’un moment est un temps fort de 2023, il n’est évidemment pas le seul. Au Cube, le dynamisme de l’équipe, 30 ans de moyenne d’âge, ce qui est relativement jeune, se mesure chaque année en quelques chiffres : 500 ateliers d’éduction numérique, 450 ateliers hors-les-murs (principalement dans les écoles et les collèges), 40 spectacles, 58 représentations, 300 séances de cinéma, ainsi que 4 expositions et installations, dont deux étirées sur cinq mois.

À en croire Clément Thibault, cette abondance de propositions, cette programmation fluide et ouverte, de même que son accessibilité, est une nécessité. C’est là la certitude de répondre aux besoins d’un territoire qui, bien que porté par un tissu associatif extrêmement dense, comptait jusqu’alors très peu de lieux culturels : « En plus d’être une ville très jeune, 50% des habitants ayant moins de 30 ans, Garges, c’est tout de même une soixantaine de nationalités et une quarantaine de langues parlées. Tout l’enjeu du Cube est donc de penser l’inclusion des cultures et des identités via l’art numérique tout en évitant l’assimilation et la juxtaposition culturelles. »

Hall du Cube Garges ©Le Cube Garges

Sur sa lancée, Clément Thibault évoque l’envie de construire des ponts, de créer des croisements et des échos entre les courants artistiques et les publics : « D’un côté, il faut penser au public gargeois, hyper présent, à qui on ne peut proposer qu’un évènement. L’idée, c’est d’éviter qu’il pense avoir tout vu après avoir visité une expo. De l’autre, il faut penser aux spectateurs venus de l’extérieur, y compris de Paris. La capitale n’a beau qu’à être qu’à 30 minutes de Garges-lès-Gonesse, c’est suffisant pour créer une frontière spirituelle. »

Au-delà de ces problématiques, inhérentes à la pérennité et à la croissance d’un lieu culturel, le Cube peut se réjouir : avec 25 000 visiteurs depuis le début d’année, il semble d’ores et déjà avoir trouvé ses marques, défini sa propre vision des arts numériques. Sans oublier, c’est bien là l’essentiel, d’être un « lieu de vie » accessible à tous les publics.

À lire aussi
Inès Alpha : « Je rêve du jour où tout le monde portera un e-makeup de fée sous-marine dans la rue »
Inès Alpha : « Je rêve du jour où tout le monde portera un e-makeup de fée sous-marine dans la rue »
L’artiste parisienne, programmée au Palais Augmenté 3, relègue le corset des codes hétéronormatifs au placard, préférant à cela concocter…
14 juin 2023   •  
Écrit par Antonin Gratien
Extensions digitales, silhouettes augmentées, beauté alternative : ces artistes qui pensent le corps de demain
“What If Magritte Played Tetris” ©Hermine Bourdin
Extensions digitales, silhouettes augmentées, beauté alternative : ces artistes qui pensent le corps de demain
Physionomie, force physique, acuité des cinq sens… Beaucoup de nos traits et facultés se trouvent bouleversés ou ébréchés par les…
26 juin 2023   •  
Écrit par Manon Schaefle
Explorez
Comment débuter dans la création immersive ? Les conseils de Structure Void
Comment débuter dans la création immersive ? Les conseils de Structure Void
Création sonore, audiovisuelle, interactive, générative, VR ou fulldome : l’offre des logiciels dédiés à la création numérique est dense...
29 février 2024   •  
Écrit par Adrien Cornelissen
Pixel Art et réseaux sociaux: une belle histoire d'amour
“Inès” - peinture à l'huile sur toile, Abstrait de près mais l'image apparaît avec le recul ©Ced Vernay
Pixel Art et réseaux sociaux: une belle histoire d’amour
Dans la continuité des mosaïques romaines, du point de croix ou du pointillisme, le Pixel Art surgit dans les années 1970 avec l'arrivée...
28 février 2024   •  
Écrit par Benoit Gaboriaud
Cécile Davidovici et David Ctiborsky : « On vit une époque où il faut plus que jamais penser nos outils »
Cécile Davidovici et David Ctiborsky : « On vit une époque où il faut plus que jamais penser nos outils »
L’une est brodeuse, l’autre est créateur numérique. Difficile d’imaginer que derrière ces œuvres textiles hyper-réalistes se cache tout...
26 février 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
« I'm a pixel Girls in a pixel world » : le phénomène des influenceuses virtuelles
Lil Miquela
« I’m a pixel Girls in a pixel world » : le phénomène des influenceuses virtuelles
L’ère des influenceuses générées par intelligence artificielle a commencé, c’est acté ! Mais qui se cache derrière ces modèles souvent...
24 février 2024   •  
Écrit par Alexandre Parodi
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Comment débuter dans la création immersive ? Les conseils de Structure Void
Comment débuter dans la création immersive ? Les conseils de Structure Void
Création sonore, audiovisuelle, interactive, générative, VR ou fulldome : l’offre des logiciels dédiés à la création numérique est dense...
29 février 2024   •  
Écrit par Adrien Cornelissen
Pixel Art et réseaux sociaux: une belle histoire d'amour
“Inès” - peinture à l'huile sur toile, Abstrait de près mais l'image apparaît avec le recul ©Ced Vernay
Pixel Art et réseaux sociaux: une belle histoire d’amour
Dans la continuité des mosaïques romaines, du point de croix ou du pointillisme, le Pixel Art surgit dans les années 1970 avec l'arrivée...
28 février 2024   •  
Écrit par Benoit Gaboriaud
Miguel Chevalier : l’art numérique à l’assaut des patinoires
“Digital ParadICE IA” ©Miguel Chevalier
Miguel Chevalier : l’art numérique à l’assaut des patinoires
Pionnier de l’art numérique, l’artiste Miguel Chevalier déploie sa nouvelle création immersive dans un lieu inédit : la patinoire de...
28 février 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
"JFK Memento" : les coulisses d'une reconstitution historique immersive
“JFK Memento” ©Targo
« JFK Memento » : les coulisses d’une reconstitution historique immersive
Qui ne s’est jamais demandé ce qu’il ferait s’il pouvait remonter dans le temps ? Le documentaire VR “JFK Memento” vous donne l’occasion...
27 février 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard