Extensions digitales, silhouettes augmentées, beauté alternative : ces artistes qui pensent le corps de demain

Extensions digitales, silhouettes augmentées, beauté alternative : ces artistes qui pensent le corps de demain
“What If Magritte Played Tetris” ©Hermine Bourdin

Physionomie, force physique, acuité des cinq sens… Beaucoup de nos traits et facultés se trouvent bouleversés ou ébréchés par les innovations esthétiques et technologiques de notre ère. En deviendrons-nous plus séduisants, plus brillants, plus empathiques ou, au contraire, déshumanisés ? Alors que le corps a été le grand thème de la dernière édition du Palais Augmenté 3, focus sur ces artistes contemporains aux identités fluides, reformulant ou abolissant à travers leur art un certain nombre de limites physiques.

NFT ©Hermine Bourdin.

Hermine Bourdin – une féminité surpuissante

Les formes futures telles que vues par Hermine Bourdin sont généreuses, sensuelles. L’artiste, née en 1988, s’oppose ainsi à des conceptions trop rectilignes, cartésiennes. En d’autres mots : trop masculines. Son langage sculptural, fait de courbes voluptueuses, invoque de fait un retour en force du féminin, ce corps disqualifié depuis la nuit des temps, perçu comme « sexe faible ». Chez la Française, pas de féminité réductrice : il ne s’agit pas d’être naturaliste ou de verser dans l’hypersexualisation, mais bien d’avoir recours à l’abstraction. Quant à ses statues, tantôt physiques tantôt immatérielles, elles évoquent autant des petites déesses que des planètes chargées d’élever le féminin à un rang sacré, presque cosmique.

Lithium Flower ©Sam Madhu

Sam Madhu – Beauté alternative

Artiste numérique originaire de Mumbai, Sam Madhu est aujourd’hui basée à Berlin, et défend vaillamment une certaine idée du multiculturalisme. Chez elle, les modifications physiques, les implants cutanés, les rangées de piercings, les tatouages métalliques ou les peintures de peau numériques à la symbologie orientale ne sont pas simplement époustouflants de beauté ; ils ressemblent également aux circuits d’une puce électronique, et sont systématiquement créées grâce à l’art 3D/CG. Soit des entités technoïdes à l’aura magnétique, dotées d’une extrême sensibilité et vouées à refléter une mixité de codes, de cultures et de beauté, décomplexée, affranchie de toute normativité.

Open My Glade (Flatten) ©Pipilotti Rist

Pipilotti Rist – Les standards déjoués

Dans les œuvres pétries de satire de Pipilotti Rist, les standards de beauté sont malmenés, le corps moderne extrapolé pour devenir grotesque. À l’image de ce qu’il se passe dans le film déjanté Open my glade (Flatten) (2000), où elle passe de l’autre côté de l’écran et lui roule des pelles : à lui ou à elle-même ? Plasticienne et vidéaste, la Suissesse a autrefois fait partie d’un groupe pop (Les Reines Prochaines), à travers lequel elle a pu expérimenter l’industrie du divertissement et se confronter à cette fascination qu’à la télévision de transmuer ses protagonistes en clichés vivants. D’où, probablement, ce regard acéré et cette volonté de se jouer des codes « girly » pour mieux s’en libérer.

Housewives Making Drugs ©Mary Maggic

Mary Maggic – Corps biohackés

Pour l’artiste et biohackeuse Mary Maggic le corps de demain – si ce n’est celui d’aujourd’hui – n’a pas de genre prédéfini ; il ne s’agit que d’une modalité avec laquelle on peut jouer. Pour dédramatiser le sujet qui rencontre encore de nombreux boucliers (légaux, médicaux…), elle met en scène une vidéo façon tuto de cuisine (Housewives making drugs) et élabore l’oestro-gin, une recette imaginaire à base d’urine qu’elle promeut dans un plaidoyer appelant à la création d’un protocole en open source de biosynthèse d’oestrogènes. Loufoque ? Oui, sans aucun doute, mais nécessaire, tant chacune de ses œuvres est portée par un sous-texte féministe nourri aux écrits de Margaret Atwood ou Donna Haraway.

#2 Cybernick ©Romain Gauthier

Romain Gauthier – Silhouettes post-matérielles

À l’avant-poste de ce que seront bientôt nos apparences physiques, Romain Gauthier collabore avec l’univers de la haute couture. Prothèses, manchettes à ailettes translucides, bijoux semblables à des armures, crêtes façon casque romain versant queer voltigeant au sommet du crâne : fascinantes d’imagination, ses pièces sont méticuleusement pensées, prêtes à envahir les silhouettes de nos égéries virtuelles. C’est que Romain Gauthier, diplômé des Gobelins et exposé lors du Palais Augmenté 3, déborde d’idées dès lors qu’il s’agit d’imaginer une garde-robe à l’heure du Web3, fusionnant les genres, imaginant le corps de muses digitales (M3ses) ou des « défilés augmentés » dans des créations qui n’ont d’autres formes tangibles que nos songes et les possibilités semble-t-il infinies du numérique.

I’m Here For Ya Baby ©Cindy Sherman

Cindy Sherman – Retouches extrêmes

Depuis qu’elle a découvert Instagram, Cindy Sherman est obsédée par les déclinaisons numériques de son image. Elle y poste des portraits d’elle retouchés avec ceci de perturbant qu’elle n’y paraît pas du tout à son avantage. Ses créations digitales procèdent comme des satires sociales vernies d’une esthétique pop où elle imagine, via des rôles de compositions, les déformation de la perception que pourraient finir par entraîner le recours systématique aux filtres, au make up « contouring », etc.

A Becoming Resemblance ©Heather Dewey-Hagborg

Heather Dewey-Hagborg – Corps amalgamés

Bio-hackeuse et artiste « de l’information », le regard de l’américaine est aussi visionnaire que critique. À la frontière du légal, Heather Dewey-Hagborg récolte dans les rues de Brooklyn chewing-gums, cheveux et mégots pour en extraire de l’ADN humaine contenant des données sur le sexe, l’origine ethnique, l’âge… d’individus. Elle en tire des « portraits spéculatifs » générés par des algorithmes et rematérialisés ensuite à l’aide d’une imprimante 3D. À l’entendre, il s’agirait là de penser l’impact des technologies de surveillance sur nos identités. En somme, de critiquer ces dites technologies qui amalgament nos corps devenus transparents à toutes formes de catégories.

We Are In Hell When We Hurt Each Other ©Jacolby Satterwhite

Jacolby Satterwhite – Dieux et déesses réactualisé.e.s

S’il s’est intéressé à l’art, c’est d’abord par amour des maîtres de la Renaissance et du beau. Mais Jacolby Satterwhite, artiste visuel afro-américain queer, se passionne aussi pour le voguing, les arts martiaux et la pop culture. D’après lui, il n’y aurait donc aucune raison pour que ses idoles (Solange, Nick Weiss de Teengirl Fantasy, Dev Hynes…) ne bénéficient pas de représentations les glorifiant comme des dieux, des rois et des héros de notre époque. Pour cela, l’Américain met les technologies du numérique à contribution : car, si le corps futur est digne d’une statue grecque, les alter ego qu’il crée sont comme des prothèses idéalisées des corps d’origine, ou sublimés par un contexte créé de toutes pièces, et donc capables de circuler de manière fluide dans l’éther du virtuel.

Morphose de Hugo Servanin ©Marc Domage

Hugo Servanin – Des corps géants

Les « géants » : tel est le nom qu’Hugo Servanin donne à ses créatures anthropomorphes, notamment parce qu’elles prennent part à des systèmes complexes qui les relient les unes aux autres, comme une micro-société inspirée par la mécanique des fluides mesmérienne. Sculpteur, l’artiste de 28 ans se définit aussi comme « architecte » et « chef d’opéra ». Mécanique, biopolitique, austère : en réalité, son univers assume ses différentes facettes, mais sert avant tout à mettre en avant nos interactions, nos interdépendances en tant que corps de plus en plus collectifs, connectés ensemble via des technologies numériques qui nous entrepénètrent. On tient pour preuve une pièce réalisée intégralement en design 3D, aux côtés de Jesse Kanda, afin de donner vie à un corps chimérique, détaché de toute contrainte matérielle.

Explorez
En immersion aux GOBELINS, avec les futurs acteurs du numérique
”No Reality Now“ ©Florian Salabert
En immersion aux GOBELINS, avec les futurs acteurs du numérique
Classée « première école d’animation au monde », les Gobelins forment les futurs professionnels du numérique. Début juin, à l'occasion du...
09 juillet 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
En Belgique, il fait bon de créer : 10 artistes numériques à suivre
Ríos Trilogy © Laura Colmenares Guerra
En Belgique, il fait bon de créer : 10 artistes numériques à suivre
Questionner les rapports entre les humains et son environnement, interpeller le politique, repenser la relation à la technologie, faire...
27 mai 2024   •  
Écrit par Marie Baranger
Silicon Valley, place des arts ?
Silicon Valley, place des arts ?
D’un côté, il y a cette réalité : 90% des projets développés au sein de la Silicon Valley sont mis sur la touche, faute d’utilisateurs....
22 avril 2024   •  
Écrit par Maxime Delcourt
Book club : "Le Samouraï virtuel" de Neal Stephenson
Book club : « Le Samouraï virtuel » de Neal Stephenson
Avant de s’imposer dans les musées, l’art numérique trouve sa source dans les bibliothèques. « Book Club » revient sur ces livres...
19 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Allô ! La Terre : quand l'art numérique fait le plein d'espace
“Sea Of Tranquility” ©Unfold
Allô ! La Terre : quand l’art numérique fait le plein d’espace
Orbitant autour de la thématique spatiale, de nombreux artistes issus du numérique s'inspirent du cosmos et de son univers foisonnant...
23 juillet 2024   •  
Écrit par Maxime Delcourt
L'œuvre du jour : "Fighters", de Quayola
“Fighters”, 2024 ©Quayola
L’œuvre du jour : « Fighters », de Quayola
Inspiré par les sculptures inachevées de Michel-Ange, l’artiste multimédia italien Quayola s’associe au compositeur électronique Max...
22 juillet 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Les rencontres SVSN : à l'avant-garde du théâtre XR ?
“Le White Out” - Cie Le Clair Obscur, SVSN 2024 ©Dark Euphoria | Céline Delatte
Les rencontres SVSN : à l’avant-garde du théâtre XR ?
Les 5 et 6 juillet dernier, les rencontres SVSN - spectacle vivant, scènes numériques - ont investi le Festival d’Avignon pour la...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Cassandre Thomas
Un été au Havre : découvrez la ville qui n'existait pas imaginée par Grégory Chatonsky
“La ville qui n’existait pas” ©Grégory Chatonsky
Un été au Havre : découvrez la ville qui n’existait pas imaginée par Grégory Chatonsky
Tous les étés, Le Havre nous invite à venir passer du temps dans ses rues, et à contempler les oeuvres d'art de son événement annuel...
19 juillet 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard