Robert Whitman, disparition d’un pionnier de l’art multimédia

Robert Whitman, disparition d'un pionnier de l'art multimédia

Disparu le 19 janvier dernier, à 88 ans, l’artiste américain restera dans les mémoires comme l’une des principales figures du happening des années 1960. Depuis l’avènement des ordinateurs, cet avant-gardiste convaincu s’était également imposé comme un grand nom de l’art multimédia. Souvenirs.

La nouvelle a été annoncée par Pace, son historique galerie. Décédé vendredi dernier à son domicile de Warwick, dans la vallée de l’Hudson, Robert Whitman aura eu une vie bien remplie, marquée par la frénésie des sixties new-yorkaises, dont il fut l’un des acteurs principaux. À 88 ans, il laisse derrière lui un héritage conséquent qui a très largement inspiré la scène numérique contemporaine.

Quand l’art mise sur la scène

Né en 1935 au sein d’une vieille famille bourgeoise de New York – on compte parmi ses ancêtre le peintre et designer Lockwood de Forest (1850-1932), ainsi que Robert W. de Forest (1848-1931), président du Metropolitan Museum of Art au début du XXe siècle -, Robert de Forest Whitman Junior se tient très vite à distance de sa famille froide, à laquelle il préfère la folie du spectacle. À l’âge de 6 ans, il vit d’ailleurs une expérience qualifiée plus tard par l’artiste lui-même de puissamment formatrice : une visite au cirque, marquée par l’apparition du clown Emmett Kelly, dont il ne parviendra jamais à oublier la manière dont il exécuta ce soir-là sa routine signature. Plus tard, en 2003, dans une interview accordée au Brooklyn Rail, Robert Whitman confessa que « l’éclat de M. Kelly et de stars du cinéma muet comme Buster Keaton et Charlie Chaplin [lui] ont donné une première idée de ce qu’est la magie. » 

The American Moon (happening), 1960 @Robert Whitman

Féru de théâtre, c’est d’abord par ce biais qu’il intègre le monde de l’art, lui qui conçoit ses œuvres comme des pièces répondant à un certain nombre de conventions scéniques. Une approche particulière qui lui vaut d’être repéré en 1960 lorsqu’il présente à la Reuben Gallery – plus proche du loft délabré que du white cube élégant – sa première grande performance, American Moon :  un ensemble d’actions mimées au milieu de chutes de bois, de toile de jute, de papier kraft et autres matériaux dépouillés. En répartissant le public dans différents tunnels semi-fermés, l’artiste s’est assuré d’offrir une expérience distincte à chacun de ces petits groupes. Ainsi, quand certains ont pu observer l’artiste Lucas Samaras se balancer sur des cordes au-dessus de leurs têtes, d’autres se sont retrouvés face à un homme gonflant silencieusement un ballon géant. 

Aux prémices de l’art immersif

Performatif par essence, le travail de Robert Whitman se complexifie peu à peu, et gagne indéniablement en sophistication dès lors que l’Américain commence à intégrer la technologie dans son processus créatif. Inspiré par le cinéma, Whitman fait rapidement appel à des écrans au sein de ses œuvres, totales, hybrides, offrant à ces objets symbolisant le monde moderne une nouvelle aura. En clair, les écrans sont ici moins des supports de diffusion que des sculptures interactives.

L’une des pièces les plus représentatives de ce goût pour la projection cinématographique est probablement Bathroom Sink, un film de 1964 mettant en scène la routine matinale d’une femme que l’artiste décide de projeter sur un miroir au-dessus d’un simple lavabo de salle de bain. Le début de l’immersif ? Le mot n’existe pas encore. À l’époque, on parle plus volontiers de « cinéma élargi », un courant dont Robert Whitman se fera l’un des plus fervents représentants. Un an après Bathroom Sink, l’artiste imagine même Prune Flat (présenté par la suite dans plusieurs théâtres d’Off Broadway), une œuvre mettant en scène des acteurs sur lesquels Whitman projette des images surréalistes. 

Bathroom Sink ©Robert Whitman/Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía

Avec le recul, il est tout à fait probable que ce soit ce goût pour l’expérimentation et l’image en mouvement qui incitera Robert Whitman à s’intéresser de plus en plus aux nouvelles technologies. En 1966, il intègre ainsi le groupe Experiments in Art and Technology aux côtés de l’artiste Robert Rauschenberg, des ingénieurs des Bell Labs, Fred Waldhauer et Billy Kluver, ainsi que de sa compagne, Julie Martin. Une nouvelle étape, finalement logique, qui va toutefois faire basculer l’Américain dans une nouvelle dimension, Experiments in Art and Technology étant à l’origine des premières véritables collaborations entre artistes et spécialistes des domaines techniques, donnant lieux à des œuvres interactives et numériques pionnières.

Alors que ses collègues des débuts se tournent peu à peu vers la sculpture et l’objet en général, Robert Whitman reste fidèle à la performance tout au long de sa carrière. Qu’importe si les galeries le boudent, c’est là sa conviction, son ultime forme d’expression : « J’avais en quelque sorte conscience de n’être nulle part, déclarait-il. Et puis ils ont inventé cette idée appelée multimédia, peu importe ce que cela signifie ».

Robert Whitman: 61, Pace Gallery, New York, Oct 26 – Dec 21, 2018 ©Robert Whitman

Hostile aux catégories figées dans lequel le monde de l’art aime tant ranger les artistes, Robert Whitman ne peut que le constater : oui, il est bel et bien un artiste multimédia, dans sa forme la plus primitive. Mais s’il utilise régulièrement des lumières stroboscopiques, des lecteurs de télévisions, Internet et même des outils génératifs, le New-Yorkais associe perpétuellement ces outils et médiums à des éléments plus naturels, comme l’eau ou le feu. Cette approche, hautement singulière, marquée du sceau de la surprise, est d’ailleurs ce qui permet à Barbara Rose, historienne de l’art, de poser ce constat : « Whitman est, malgré toute sa technologie, fondamentalement un poète de la nature impliqué dans les quatre éléments ». On a beau cherché, on ne trouve pas plus beaux mots au moment de conclure. 

À lire aussi
Décès de Vera Molnár. Retour sur la carrière de cette pionnière de l'art numérique
Portrait de Vera Molnár, 1961 ©François Molnár, archives Vera Molnár
Décès de Vera Molnár. Retour sur la carrière de cette pionnière de l’art numérique
Disparue jeudi dernier à l’âge de 99 ans, l’artiste franco-hongroise Vera Molnár laisse derrière elle un héritage conséquent. Triste…
11 décembre 2023   •  
Écrit par Zoé Terouinard
L'œil dans le rétro : « Luna » de Fabio Mauri
“Luna” de Fabio Mauri ©Ugo Mulas
L’œil dans le rétro : « Luna » de Fabio Mauri
Cette semaine, lorsque l’on a décidé de regarder dans le rétro, on s’est envolé sur la Lune. La faute à l’œuvre Luna de Fabio Mauri qui…
11 janvier 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
2024 : les expos et événements immersifs les plus attendus en France
“L’Égypte des Pharaons” ©Atelier des Lumières
2024 : les expos et événements immersifs les plus attendus en France
Alors que tout le monde y va de sa bonne résolution, pour le petit monde de la culture, la nouvelle année est synonyme de numérique….
29 décembre 2023   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Explorez
Comment débuter dans la création immersive ? Les conseils de Structure Void
Comment débuter dans la création immersive ? Les conseils de Structure Void
Création sonore, audiovisuelle, interactive, générative, VR ou fulldome : l’offre des logiciels dédiés à la création numérique est dense...
29 février 2024   •  
Écrit par Adrien Cornelissen
Pixel Art et réseaux sociaux: une belle histoire d'amour
“Inès” - peinture à l'huile sur toile, Abstrait de près mais l'image apparaît avec le recul ©Ced Vernay
Pixel Art et réseaux sociaux: une belle histoire d’amour
Dans la continuité des mosaïques romaines, du point de croix ou du pointillisme, le Pixel Art surgit dans les années 1970 avec l'arrivée...
28 février 2024   •  
Écrit par Benoit Gaboriaud
Cécile Davidovici et David Ctiborsky : « On vit une époque où il faut plus que jamais penser nos outils »
Cécile Davidovici et David Ctiborsky : « On vit une époque où il faut plus que jamais penser nos outils »
L’une est brodeuse, l’autre est créateur numérique. Difficile d’imaginer que derrière ces œuvres textiles hyper-réalistes se cache tout...
26 février 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
« I'm a pixel Girls in a pixel world » : le phénomène des influenceuses virtuelles
Lil Miquela
« I’m a pixel Girls in a pixel world » : le phénomène des influenceuses virtuelles
L’ère des influenceuses générées par intelligence artificielle a commencé, c’est acté ! Mais qui se cache derrière ces modèles souvent...
24 février 2024   •  
Écrit par Alexandre Parodi
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Comment débuter dans la création immersive ? Les conseils de Structure Void
Comment débuter dans la création immersive ? Les conseils de Structure Void
Création sonore, audiovisuelle, interactive, générative, VR ou fulldome : l’offre des logiciels dédiés à la création numérique est dense...
29 février 2024   •  
Écrit par Adrien Cornelissen
Pixel Art et réseaux sociaux: une belle histoire d'amour
“Inès” - peinture à l'huile sur toile, Abstrait de près mais l'image apparaît avec le recul ©Ced Vernay
Pixel Art et réseaux sociaux: une belle histoire d’amour
Dans la continuité des mosaïques romaines, du point de croix ou du pointillisme, le Pixel Art surgit dans les années 1970 avec l'arrivée...
28 février 2024   •  
Écrit par Benoit Gaboriaud
Miguel Chevalier : l’art numérique à l’assaut des patinoires
“Digital ParadICE IA” ©Miguel Chevalier
Miguel Chevalier : l’art numérique à l’assaut des patinoires
Pionnier de l’art numérique, l’artiste Miguel Chevalier déploie sa nouvelle création immersive dans un lieu inédit : la patinoire de...
28 février 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
"JFK Memento" : les coulisses d'une reconstitution historique immersive
“JFK Memento” ©Targo
« JFK Memento » : les coulisses d’une reconstitution historique immersive
Qui ne s’est jamais demandé ce qu’il ferait s’il pouvait remonter dans le temps ? Le documentaire VR “JFK Memento” vous donne l’occasion...
27 février 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard