Biennale Nova_XX, l’expo expérientielle qui imagine de nouveaux mondes

Biennale Nova_XX, l'expo expérientielle qui imagine de nouveaux mondes
“Le Blobarium de Mary Harris” ©Louise Charlier

Pensée autour du thème Plurivers et Contingence, la Biennale Nova_XX confère au Centre Wallonie-Bruxelles/Paris des allures de zone 51, plongeant ainsi les visiteur·euses dans un univers où l’art contemporain rencontre l’art numérique. Ce qui s’y joue ? Des œuvres multidimensionnelles, des installations immersives ou encore des vidéos expérimentales présentées par des artistes féminines et non-binaires, assayant la position engagée de l’espace parisien. Au point d’acter définitivement la beauté des rapports entre humains et non-humains ?

Dès le début, nous sommes saisis par l’atmosphère créée par la lumière mauve, la voix d’une intelligence artificielle erratique et les cris d’oiseaux en fond sonore. Ces derniers, appartenant à de nombreuses espèces disparues – témoignant de l’impact de la crise environnementale -, sont générés numériquement par l’artiste sonore Marylou pour les besoins de l’exposition. L’ambiance est déstabilisante. À croire que nous ne sommes plus à Paris, mais bien plongé dans un univers de science-fiction. Tout converge en ce sens : la vision d’un mur recouvert d’aluminium, une machine low-tech qui bouge jusqu’à épuisement, une canopée de forêt suspendue faite de câbles lumineux clignotants, etc.

La Biennale Nova_XX : Plurivers & Contingence se constitue d’une « anarkhè-exposition », nommée en référence au concept d’anarchitecture, théorisé par l’artiste américain Gordon Matta-Clark, auquel la directrice de ce laboratoire d’expérimentations, Stéphanie Pécourt, aime faire référence au moment de décrire le caractère irrépressible et éphémère des productions artistiques. Il permet ici de souligner une volonté de faire « œuvre totale », de faire dialoguer les projets qui n’ont pas vocation à être conservés, puisqu’ils relèvent plutôt du geste. Dans ce territoire, où cohabitent des œuvres matérielles et immatérielles, des traces de performances humaines (artistes, visiteur·ices) ou non-humaines, le public est invité à réfléchir à des thématiques a priori pointues : les cosmogonies à l’ère liquide, les imaginaires de la conquête spatiale, les nanomondes, ou encore le bio-art, la géoingénieurie, l’art algorithmique et le cyberféminisme. Autant de notions qui, osons-le dire, peuvent sembler quelque peu barbares pour quiconque n’est pas un expert du monde scientifique. `

Bestioles ©Marylou

Perspectives futuristes

À parcourir l’espace d’exposition, volontiers rétrofuturiste, on se déleste toutefois aisément de ces divers termes techniques. « La Biennale, nous explique Stéphanie Pécourt, invite à sortir des visions eschatologiques et universalistes » afin de se laisser aller dans une déambulation au cœur de ce véritable vivarium et à « apprécier le retour de la machine primitive ». Se révèle ici une critique des arts dits numériques et digitaux, « trop racoleurs, trop séduisants », ainsi que celui d’un monde en constante mutation – d’où cette volonté de revenir à une esthétique primitive de la technologie, totalement débarrassée du côté spectaculaire propre à certains outils numériques.

Inscrites dans le champ des arts numériques, les œuvres exposées à la Biennale Nova_XX critiquent ainsi autant qu’elles attestent et incorporent de réelles données scientifiques et technologiques. Pensons ici à Bestioles, créée en 2022 par Marylou au côté de la Tour du Valat, une institut de recherche pour la conservation des zones humides méditerranéennes, dans l’idée de dénoncer «le déclin et le désordre invisibles de la biodiversité de la Camargue». Pensons aussi à la vidéo expérimentale de Gala Hernandez qui aborde les liens entre la culture crypto et la cryogénie, deux technologies spéculatives pour lesquelles l’avenir incarne une forme de ressource économique à exploiter. Enfin, pensons à The World de Yue Cheng, une œuvre multimédia composée de matériaux pouvant se trouver dans les fonds-marins – un écran sur lequel est vidéoprojeté le plancher océanique, une baleine de la préhistoire sous une perspective futuriste, imaginée dans l’idée d’explorer les thèmes de l’archéologie marine et celui de l’effondrement industriel.

The World ©Yue Cheng

À l’image des autres œuvres présentées, The World ne se contente pas de formuler une réflexion sur notre relation au vivant ou à l’industrie ; elle questionne également l’avenir de l’humanité dans un contexte de crise écologique, invitant les visiteur·euses à prendre position quant à son rôle dans la création d’un avenir durable. De son côté, la série WhatRemains se compose d’une installation et d’une sculpture de Lou Fauroux. Cette dernière, rencontrée en septembre dernier dans son studio à Pantin, nous projette à travers un « mini Titanic » dans un univers post-apocalyptique, en 2048, au sein de ce qui pourrait finalement ressembler à épave de notre société contemporaine. Dans ce monde, il existe un remède contre la finitude – un logiciel d’immortalité digital permettant de se télécharger pour subsister-, en même temps qu’un réel intérêt porté aux enjeux éthiques liés à la présence d’intelligences artificielles au sein de l’expérience humaine. 

WhatRemains, The Last Music Tank @Lou Fauroux

Voyage dans la biodiversité

Enfin, comment ne pas évoquer AI In The Sky, l’œuvre écoféministe de Laura Cinti qui associe la technologie des drones et de l’IA générative afin de mettre en scène une quête tout à fait extraordinaire : retrouver le génome féminin d’une espèce rare de plantes se trouvant en Afrique du Sud, quand la seule ayant été décelée à ce jour possède le génome masculin et que celles qui existent désormais ne sont que ses clones. Cette synthèse entre l’art, la technologie et la conservation d’une espèce en voie d’extinction, est une incarnation parfaite de ce à quoi aspire la Biennale Nova_XX : permettre aux artistes, et donc à Laura Canti, de témoigner du déclin catastrophique et continu de la biodiversité. 

Au-delà cette mise en lumière sensible du travail d’une vingtaine d’artistes femmes et non-binaires, largement sous-représentées au sein du monde de l’art, l’évènement parisien défend ainsi une conviction : que les outils technologiques à disposition peuvent contribuer à la sensibilisation, à éclairer des problématiques écologiques ou sociales, ainsi qu’à favoriser l’émergence de possibles solutions. Une évidence ? Peut-être. Mais cela n’a rien d’un mince exploit quand on sait à quel point le marché des arts numérique, très souvent porté par une vision futuriste des technologies, peut s’avérer énergivore.

À lire aussi
Le cyberféminisme, plus vivace que jamais à l’Art Laboratory Berlin
UNBORN0X9 ©Quentin Chevrier – Art Laboratory Berlin
Le cyberféminisme, plus vivace que jamais à l’Art Laboratory Berlin
Moins une exposition qu’un cycle programmatique (conférences, workshops…), “Permeable Bodies” occupe l’Art Laboratory Berlin de mai à…
12 juillet 2023   •  
Écrit par Manon Schaefle
Gxrls Revolution, rencontre avec le collectif qui donne la parole aux femmes artistes du Web3
©Inès Alpha
Gxrls Revolution, rencontre avec le collectif qui donne la parole aux femmes artistes du Web3
Si le monde de l’art est déjà majoritairement masculin, lorsqu’il se digitalise, les femmes peinent encore plus à se faire voir….
14 septembre 2023   •  
Écrit par Zoé Terouinard
En studio avec Lou Fauroux : « J’apprécie cette idée de développer un art dans une économie low-tech »
“WhatRemains, Genesis” ©Lou Fauroux
En studio avec Lou Fauroux : « J’apprécie cette idée de développer un art dans une économie low-tech »
Quelques mois après son premier solo show à la Galerie du Crous, à Paris, Lou Fauroux ne cesse de développer des œuvres qui encouragent…
05 décembre 2023   •  
Écrit par Maxime Delcourt
Explorez
Bill Viola, au seuil de l'image et du temps
Bill Viola. “Sculptor of Time” ©Tempora/Anthony Dehez
Bill Viola, au seuil de l’image et du temps
En 18 œuvres vidéo aussi diverses (écrans, installations, salles immersives) que puissantes, l’exposition “Sculptor Of Time” du Musée de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Laurent Catala
REBOOT : Les œuvres numériques remontent le temps
“Moiré” de Livinus van de Bundt & Jeep van de Bundt ©Pieter Kers, Beeld.nu
REBOOT : Les œuvres numériques remontent le temps
En mixant œuvres anciennes et récentes, l’exposition “REBOOT : Pioneering Digital Art ”propose une curieuse mise entre perspective de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Laurent Catala
Et la guêpe entra dans la figue, l’expo qui renoue avec nos racines
“Matrix Vegetal” ©Patricia Dominguez
Et la guêpe entra dans la figue, l’expo qui renoue avec nos racines
À l'instar de nombreuses autres expositions d'art numérique à l'heure actuelle, celle de la galerie Spiaggia Libera, à Paris, vise...
28 mars 2024   •  
Montréal en Lumière : l'art fait sa nuit blanche
“Last Species on Earth” ©Shonee
Montréal en Lumière : l’art fait sa nuit blanche
Incarné par une Nuit Blanche festive et rassembleuse, Montréal en Lumière a chaque année la bonne idée d'inclure des œuvres numériques au...
05 mars 2024   •  
Écrit par Maxime Delcourt
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Botanique et science-fiction : rencontre avec l'artiste pluridisciplinaire Léa Collet
Botanique et science-fiction : rencontre avec l’artiste pluridisciplinaire Léa Collet
Candide l’affirmait : “Il faut cultiver notre jardin”. L’artiste Léa Collet, elle, cultive le sien sur le vaste terrain du numérique....
19 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Book club : "Le Samouraï virtuel" de Neal Stephenson
Book club : « Le Samouraï virtuel » de Neal Stephenson
Avant de s’imposer dans les musées, l’art numérique trouve sa source dans les bibliothèques. « Book Club » revient sur ces livres...
19 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
“Attila cataracte ta source/aux pieds des pitons verts/finira dans la grande mer/gouffre bleu/nous nous noyâmes/dans les larmes marées de la lune”, Pavillon français, Julien Creuzet ©Jacopo La Forgia
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
Alors que la 60ème édition de la Biennale de Venise vient d’être inaugurée, zoom sur cinq artistes qui mettent l’art numérique au centre...
18 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Bill Viola, au seuil de l'image et du temps
Bill Viola. “Sculptor of Time” ©Tempora/Anthony Dehez
Bill Viola, au seuil de l’image et du temps
En 18 œuvres vidéo aussi diverses (écrans, installations, salles immersives) que puissantes, l’exposition “Sculptor Of Time” du Musée de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Laurent Catala