Premier contact : Jason Isolini en 3 infos essentielles

20 mars 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Premier contact : Jason Isolini en 3 infos essentielles
Vue de l'exposition “You're Bringing Me Down”, Jason Isolini, 2024 ©Picture Theory Gallery, New York

Être artiste, c’est permettre la rencontre avec une œuvre, une pensée, un thème, une esthétique. Pour ce faire, il faut d’abord, du côté de l’artiste en question, s’être fait reconnaître. C’est l’objectif de « premier contact », série de mini-portraits pensés comme des speed-meeting, des premiers points d’accroche avec de jeunes artistes et leurs univers si singuliers. Cette fois, Fisheye Immersive s’intéresse à Jason Isolini, artiste pluridisciplinaire qui, à travers ses collages 3D, interroge la privatisation cachée de tout ce qui est censé ressortir du domaine public. 

Un élément biographique

Basé à New York, Jason Isolini est un artiste pluridisciplinaire dont les collages 3D et les installations mettent en lumière la confusion croissante des environnements corporatifs, publics et privés. Diplômé d’une licence en art appliqué, photographie et vidéo à la School of Visual Arts de New York, ainsi que d’un master d’art appliqué à l’Art Institute of Chicago, Jason Isolini est également un grand passionné de skateboard. C’est d’ailleurs sa présence régulière au sein des skateparks qui l’amène à réfléchir sur les frontières entre l’espace public et privé, les espaces communs prétendument« publics » n’existant majoritairement plus au sein des grandes villes comme New York qu’en raison d’accords financiers avec des institutions privées – d’où l’essor des POPS (Private Owned Public Spaces). Même constat pour Internet, qui promettait à l’origine un bien commun numérique égalitaire à ses utilisateurs, et qui est devenu un terrain de jeu pour le pouvoir des entreprises.

Dès lors, Jason Isolini se pose plusieurs questions : est-il encore possible que quelque chose n’appartienne à personne tout en étant pour tout le monde ? Politique mais aussi personnel, son travail fait également le parallèle avec le rétrécissement des écarts entre « l’occupation professionnelle » et la pratique artistique, un autre espace dans lequel la frontière entre les vies privées et publiques est de plus en plus floue.

Fish Tank Web, 2024

Une œuvre

Sous ses airs d’aquarium du futur, Fish Tank Website (2024) combine en réalité matériel informatique et véritable bocal à poissons afin de matérialiser le fait de surfer sur Internet, ainsi que les besoins naturels dont le numérique a besoin pour fonctionner. L’aquarium met ainsi en lumière les pratiques d’exploitation minière en mer dans le but d’obtenir des nodules polymétalliques, très riches en matériaux utilisés pour nos smartphones, ordinateurs et tablettes. « Naviguer » sur le web prend alors tout son sens. 

Une actualité

L’œuvre Fish Tank Website prend place au sein de l’exposition You’re Bringing Me Down, à la Picture Theory Gallery de New York, qui fait le lien entre le cheval de bataille d’Isolini (explorer la thématique des « espaces fusionnés ») et le fonctionnement de nos infrastructures numériques. Le titre, qui sonne comme celui d’un morceau pop-rock, fait en réalité référence à l’extraction sous-marine et minière, nécessaire au bon fonctionnement du matériel informatique.

À travers ses oeuvres, l’artiste américain nous renvoie à l’idiome du « canari dans la mine de charbon », ainsi qu’à une époque où les petits oiseaux étaient envoyés sous terre pour détecter les gaz toxiques. Hasard ou non, Jason Isolini utilise d’ailleurs de véritables canaris taxidermisés dans son travail Revival Cage, présenté à la galerie, tout en posant une dernière question, purement rhétorique : en tant qu’utilisateurs du numérique, ne sommes-nous pas devenus ces petit canaris ? 

À lire aussi
Premier contact : Jonathan Jay Lee en 3 infos essentielles
“Take Your Time” ©Jonathan Jay Lee
Premier contact : Jonathan Jay Lee en 3 infos essentielles
Être artiste, c’est permettre la rencontre avec une œuvre, une pensée, un thème, une esthétique. Pour ce faire, il faut d’abord, du côté…
10 février 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Premier contact : Aurélien Meimaris en 3 infos essentielles
« Abîmes – Tony Hawk’s Pro Skater » ©Aurélien Meimaris
Premier contact : Aurélien Meimaris en 3 infos essentielles
Être artiste, c’est permettre la rencontre avec une œuvre, une pensée, un thème, une esthétique. Pour ce faire, il faut d’abord, du côté…
23 octobre 2023   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Premier contact : Alida Sun en 3 infos essentielles
©Alida Sun
Premier contact : Alida Sun en 3 infos essentielles
Être artiste, c’est permettre la rencontre avec une œuvre, une pensée, un thème, une esthétique. Pour ce faire, il faut d’abord, du côté…
20 novembre 2023   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Explorez
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
“Attila cataracte ta source/aux pieds des pitons verts/finira dans la grande mer/gouffre bleu/nous nous noyâmes/dans les larmes marées de la lune”, Pavillon français, Julien Creuzet ©Jacopo La Forgia
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
Alors que la 60ème édition de la Biennale de Venise vient d’être inaugurée, zoom sur cinq artistes qui mettent l’art numérique au centre...
18 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
"Poetics of Encryption", l'exposition qui explore notre relation (complexe) aux technologies
“holding death close”, 2021. Video still ©enorê
« Poetics of Encryption », l’exposition qui explore notre relation (complexe) aux technologies
Présentée à la galerie KW et inspirée du livre “Poetics of Encryption: Art and the Technocene” de Nadim Samman, l'exposition berlinoise...
16 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
"À quoi rêvent les ondes ?" La belle exposition du collectif Bones & Clouds
“D'ici peu...” ©Bones & Clouds
« À quoi rêvent les ondes ? » La belle exposition du collectif Bones & Clouds
Matérialiser ce qui échappe à notre perception ; créer un point de connexion entre l'art, la science et la spiritualité ; éprouver...
15 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
"What The Punk!", le documentaire qui décrypte la naissance des CryptoPunks
Extrait du documentaire “What The Punk!”
« What The Punk! », le documentaire qui décrypte la naissance des CryptoPunks
Présenté lors de la dernière édition du Festival international du film sur l’art (FIFA), “What The Punk!” revient sur l’une des plus...
12 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Botanique et science-fiction : rencontre avec l'artiste pluridisciplinaire Léa Collet
Botanique et science-fiction : rencontre avec l’artiste pluridisciplinaire Léa Collet
Candide l’affirmait : “Il faut cultiver notre jardin”. L’artiste Léa Collet, elle, cultive le sien sur le vaste terrain du numérique....
19 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Book club : "Le Samouraï virtuel" de Neal Stephenson
Book club : « Le Samouraï virtuel » de Neal Stephenson
Avant de s’imposer dans les musées, l’art numérique trouve sa source dans les bibliothèques. « Book Club » revient sur ces livres...
19 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
“Attila cataracte ta source/aux pieds des pitons verts/finira dans la grande mer/gouffre bleu/nous nous noyâmes/dans les larmes marées de la lune”, Pavillon français, Julien Creuzet ©Jacopo La Forgia
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
Alors que la 60ème édition de la Biennale de Venise vient d’être inaugurée, zoom sur cinq artistes qui mettent l’art numérique au centre...
18 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Bill Viola, au seuil de l'image et du temps
Bill Viola. “Sculptor of Time” ©Tempora/Anthony Dehez
Bill Viola, au seuil de l’image et du temps
En 18 œuvres vidéo aussi diverses (écrans, installations, salles immersives) que puissantes, l’exposition “Sculptor Of Time” du Musée de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Laurent Catala