Une brève histoire du computer art (3/5) : « Pixillation », fusion de l’imagerie numérique et des musiques électroniques

Une brève histoire du computer art (3/5) : "Pixillation", fusion de l'imagerie numérique et des musiques électroniques
Portrait de Lillian Schwartz ©AWARE

Dans cette nouvelle série, Fisheye Immersive remonte le fil de l’histoire jusqu’à la source de l’art numérique contemporain : le computer art. Aujourd’hui, zoom sur l’œuvre Pixillation de Lillian Schwartz, emblème d’une décennie marquante pour le développement de l’art numérique. 

La semaine dernière, nous nous sommes concentrés sur les années 1960, époque charnière pour le développement et l’institutionnalisation du computer art. Ça y est : de grosses expositions dédiées aux artistes utilisant l’ordinateur dans leur processus créatif ont vu le jour, le public est désormais au fait de ces nouvelles manières de créer et les artistes eux-mêmes continuent d’évoluer sur le terrain de l’expérimentation. C’est notamment le cas de Lillian Schwartz.

Née en 1927, aux États-Unis, d’une mère britannique et d’un père russe, Lillian Schwartz grandit dans une famille qui encourage très tôt sa créativité. Après s’être essayée à l’ardoise, la boue et la craie, tout en étudiant l’anatomie et la biologie dans l’idée de devenir infirmière, la jeune femme part officier au Japon, période durant laquelle elle contracte la polio. Encore malade et traumatisée à son retour aux États-Unis, elle se plonge à corps perdu dans une pratique artistique pour tenter de se réparer. Huile, acrylique, collage ou usage de matériaux recyclés, Lillian Schwartz s’essaie à tout, comme une artiste de son temps. 

Pixillation ©Lillian Schwartz et Kenneth Knowlton

Création d’un nouveau modèle hybride

Sachant cela, il n’est finalement pas étonnant d’apprendre que, dès 1966, Lillian Schwartz choisisse de se tourner vers la technologie, qui continue de gagner du terrain dans les sphères artistiques. En associant caissons lumineux et dispositifs mécaniques, elle commence à développer une pratique tournée autour de la sculpture cinétique. En 1968, elle est sélectionnée pour participer à l’exposition The Machine as Seen at the End of the Mechanical Age du MoMA (New York), où elle fait la rencontre de Leon Harmon qui l’invite aux Laboratoires Bell afin d’étudier la programmation et l’informatique, mais aussi dans l’idée de travailler avec des scientifiques.

Parmi eux, un certain Kenneth « Ken » Knowlton, spécialisé dans les langages de programmation, avec lequel Lillian Schwartz entame une étroite collaboration. Pour cette dernière, le scientifique crée rien de moins que des images numériques générées par des algorithmes. Lesquelles, associées à des peintures manuelles, deviennent des collages numériques et des films.

Grain de pixels

Parmi ces multiples travaux, il y a notamment Pixillation, réalisé en 1970, au cœur d’une année où est également publié l’ouvrage fondateur Computer Program for Artists : ART 1. Alors que Kenneth « Ken » Knowlton écrivait « EXPLOR » (Explicit Patterns, Local Operations, and Randomness), un nouveau langage de programmation permettant la manipulation de rectangles et d’objets aléatoires carrés en deux dimensions noirs, gris et blancs, Lillian Schwartz reçoit une commande d’AT&T afin de réaliser un court-métrage d’animation par ordinateur.

Suivant une partition du compositeur de musique électronique Gershon Kingsley, le film reprend des peintures manuelles de l’artiste modifiées par des filtres de couleurs imaginés par Schwartz, ainsi que par des distorsions informatiques. Si Pixillation est une véritable explosion de couleurs marquant un tournant dans l’usage de l’ordinateur au sein du champ artistique, l’œuvre signe aussi la fin de la collaboration entre l’Américaine et le Bell Labs, l’équipe du laboratoire lui reprochant d’avoir laissé un véritable bazar derrière elle. Comme on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, on ne marque pas l’histoire de l’art sans éclabousser quelques murs ! Dès lors, les futurs films de Lillian Schwartz n’associeront plus œuvres manuelles et algorithmes, l’artiste préférant se concentrer désormais sur des images générées directement par informatique. 

À lire aussi
Une brève histoire du computer art (1/5) : le jour où la première image sur ordinateur a été créée
“Pin-up SAGE” ©Lawrence A. Tipton, 1959
Une brève histoire du computer art (1/5) : le jour où la première image sur ordinateur a été créée
Dans cette nouvelle série, Fisheye Immersive remonte le fil de l’histoire jusqu’à la source de l’art numérique contemporain : le computer…
17 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Une brève histoire du computer art (2/5) : 1963, naissance d'un style
“Computers and Automation”, 1963 ©Ebram Arazi
Une brève histoire du computer art (2/5) : 1963, naissance d’un style
Dans cette nouvelle série, Fisheye Immersive remonte le fil de l’histoire jusqu’à la source de l’art numérique contemporain : le computer…
24 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Peinture et immersion : l'échec d'un mariage longtemps fantasmé ?
Van Gogh à l’Atelier des Lumières ©Atelier des lumières
Peinture et immersion : l’échec d’un mariage longtemps fantasmé ?
On y aura cru : la promesse d’une fusion des genres, en mesure de renouveler notre regard sur des chef-d’oeuvres de la peinture grâce aux…
28 août 2023   •  
Écrit par Manon Schaefle
Explorez
Book club : « Manifesto for Cyborgs » de Donna Haraway
Book club : « Manifesto for Cyborgs » de Donna Haraway
Avant de s’imposer dans les musées, l’art numérique trouve sa source dans les bibliothèques. « Book Club » revient sur ces livres...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Art numérique : les artistes arabes demandent voix au chapitre
Skyseeef, Série Culture is the waves of the future, 2024, photographie © Skyseeef
Art numérique : les artistes arabes demandent voix au chapitre
À l’occasion de l’exposition “Arabofuturs” actuellement présentée à l’Institut du Monde Arabe, reportage auprès des artistes...
22 mai 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Chun Hua Catherine Dong : "L’IA me permet d’économiser du temps et de l’argent au moment de créer"
“Reconnection”, performance photographique, 2021 ©Chun Hua Catherine Dong
Chun Hua Catherine Dong : « L’IA me permet d’économiser du temps et de l’argent au moment de créer »
Parmi les figures de l’art numérique québécois les plus exposées en France et à l’international, Chun Hua Catherine Donc se tient...
20 mai 2024   •  
Écrit par Maxime Delcourt
Que penser d'Artificial Dreams, l'expo qui interroge l'IA au cœur de la création artistique ?
“AI & Me” ©Mots
Que penser d’Artificial Dreams, l’expo qui interroge l’IA au cœur de la création artistique ?
Des humains qui virevoltent dans les airs, des plantes robotisées, des fonds marins en effervescence, des bestioles et des végétaux...
17 mai 2024   •  
Écrit par Benoit Gaboriaud
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Premier contact : Gala Hernández López en 3 infos essentielles
©Julien Liénard
Premier contact : Gala Hernández López en 3 infos essentielles
Être artiste, c’est permettre la rencontre avec une œuvre, une pensée, un thème, une esthétique....
Il y a 4 heures   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Book club : « Manifesto for Cyborgs » de Donna Haraway
Book club : « Manifesto for Cyborgs » de Donna Haraway
Avant de s’imposer dans les musées, l’art numérique trouve sa source dans les bibliothèques. « Book Club » revient sur ces livres...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Art numérique : les artistes arabes demandent voix au chapitre
Skyseeef, Série Culture is the waves of the future, 2024, photographie © Skyseeef
Art numérique : les artistes arabes demandent voix au chapitre
À l’occasion de l’exposition “Arabofuturs” actuellement présentée à l’Institut du Monde Arabe, reportage auprès des artistes...
22 mai 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Paris : 3 œuvres numériques à voir pendant la Nuit Blanche
K2-18B ©Musée Cognac
Paris : 3 œuvres numériques à voir pendant la Nuit Blanche
Et si samedi 1er juin, vous délaissiez votre lit pour passer la nuit au musée ? À l’occasion de la Nuit Blanche, Fisheye Immersive...
21 mai 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard