OYÉ Label : rencontre avec le collectif qui allie mapping et low-tech

OYÉ Label : rencontre avec le collectif qui allie mapping et low-tech
“Carrousel” ©OYÉ

Lancé en 2023 le projet Visiophare propose une alternative au mapping numérique, plus accessible, plus écoresponsable, plus low-tech. OYÉ Label et Croco Fumé, les deux structures qui portent ce projet atypique, cherchent ainsi à recycler et à améliorer des appareils longtemps laissés à l’abandon et connus de tous… de vieux projecteurs d’école, qu’ils transforment en outils de mapping analogique. Rencontre.

Ironiquement, les initiales de Visiophare (VP) – sont les mêmes que le mot « vidéoprojecteur ». Sauf qu’ici, il n’y a besoin d’aucun ordinateur, la démarche d’OYÉ Label portant sur la mise en commun de connaissances (forum, tutoriels vidéo, plans en open-source) et sur un travail artistique organique. « On s’est demandé comment faire du mapping sans gros matériels électroniques, explique Paul Vivien, l’un des membres du collectif, à l’origine du projet Visiophare. On a commencé à travailler sur des anciens rétroprojecteurs d’école en portant notre étude sur l’optique et l’électricité. Avec quelques modifications, on a conçu un appareil de 200w capable d’éclairer avec une puissance d’environ 10 000 lumens ». Suffisamment pour réaliser des mapping monumentaux sur des bâtiments.

Côté empreinte environnementale, le bilan est prometteur. La conception « ne demande pas de création de matière neuve, excepté pour la LED et son contrôleur électronique qui viennent de Chine, poursuit Paul Vivien. Au total, nous avons estimé à 50 grammes de composants neufs et environ 500 grammes de quincaillerie neuve. Sur un VP de puissance équivalente et acheté en commerce, il y a environ 50 kg de matière neuve ».

OYÉ circus ©OYÉ

Au fil des recherches, un prototype de VP low-tech équipé d’une batterie de voiture recyclée et chargée par panneau solaire a même été imaginé. « Cela fonctionne, mais nous ne l’avons pas encore appliqué à l’ensemble des VP », commente Paul Vivien. Le bilan est malgré tout positif, particulièrement éloquent, d’autant que le cycle de vie de l’appareil a été pensé en amont avec Tom Hebrard, artiste d’OYÉ Label et spécialiste de la low-tech. Des matériaux recyclables et issus du réemploi ou des pièces facilement remplaçables composent en grande partie l’appareil. « Tous les plans sont open source et plusieurs tutoriels sont à disposition pour faire une transmission de pratiques. On apporte aussi une vraie innovation sur la création artistique. »

Visiophare ©Lucie Weeger

Valoriser le geste et la simplicité du mouvement 

La démarche est effectivement originale, le travail de projection consistant à créer des visuels à partir de calques transparents posés sur le rétroprojecteur. Simple et efficace. Paul Vivien ajoute : « L’analogique n’est pas antinomique avec le principe d’animation. C’est l’objet de recherche qui retient le plus notre attention. Comment faire de l’animé sans avoir d’ordinateur ? C’est une démarche low-tech qui nous inspire, on essaye d’imaginer des dispositifs mécaniques ou avec des fluides qui apparaissent sur les calques. Cela nous amène vers d’autres disciplines comme la danse, le conte, le théâtre qui permettent de trouver d’autres logiques d’immersion ou d’animation complémentaires aux visuels. »

PaulVivien
« L’analogique n’est pas antinomique avec le principe d’animation. »

En mars dernier, Visiophare a justement organisé un événement à Rennes où le public était invité à créer des visuels projetés à l’aide de divers liquides – eaux, huiles, encres -, tout en manipulant un mécanisme de pompes. Des techniques de gravure, de superposition ou de réfraction sont d’autres exemples de ce potentiel créatif. « Les publics présents lors de l’événement à Rennes nous ont fait part de leur enthousiasme, se réjouit Paul Vivien. On nous dit souvent que c’est incroyable de pouvoir faire du mapping avec de vieilles machines qui ont, en plus, une charge symbolique. Et puis de voir le geste d’un auteur ou d’une autrice, d’observer un travail manuel, ça rend la chose magique. »

©OYÉ

Le style OYÉ 

Un spectacle sur-mesure, AR Lumen, est en cours de conception. Il sera présenté courant 2024 avec ce dispositif de VP low-tech. Cette création, imaginée par Paul Vivien et Tom Hebrard, deux membres d’OYÉ Label, est intéressante également de par son caractère performatif : d’une représentation à une autre, les visuels projetés ne sont pas nécessairement les mêmes. Ils varient en fonction des calques, des techniques déployées et de l’architecture des lieux.

DylanCote
« Tous les membres d’OYÉ ont des techniques et des esthétiques différentes – de la 3D, du glitch, du dessin animé »

À l’image de cette performance évolutive, le collectif OYÉ – qui porte Visiophare avec Croco Fumé – se revendique multiple et protéiforme. Si Paul Vivien travaille en parallèle de Visiophare sur un live AV prolongeant son exploration de la low-tech (une performance AV sans ordinateur reproduisant des paysages à partir de vinyles 33 tours), les autres membres d’OYÉ sont tout aussi intéressants dans leur approche artistique. « Tous les membres d’OYÉ ont des techniques et des esthétiques différentes – de la 3D, du glitch, du dessin animé », explique Dylan Cote, un des artistes du label.

Les dix artistes d’OYÉ, répartis entre Rennes, Paris, Marseille ou Montréal, partagent toutefois une même valeur : « Chacun pose un regard critique sur les technologies numériques. Et ce que l’on aime par-dessus tout, c’est de proposer un univers organique et vivant dans nos œuvres. Les formes géométriques et froides, ce n’est pas la marque de fabrique d’OYÉ. » Exemple avec l’installation Carrousel, une structure circulaire en bambou qui dessine des tableaux lumineux visibles sous divers angles. Ou encore OYÉ circus, une scène immersive à 360° et itinérante où sont présentés des travaux des membres du collectif et ceux d’autres artistes (DJs, performeurs…). De là à imaginer une nouvelle version d’OYÉ circus intégrant uniquement des projecteurs Visiophare ? Il n’y a qu’un pas que l’on a hâte de voir franchi.

À lire aussi
Théâtre 2.0 : quand le spectacle vivant se frotte aux technologies XR
“No Reality Now” ©Marc Domage
Théâtre 2.0 : quand le spectacle vivant se frotte aux technologies XR
En plus d’offrir un terrain fertile pour des expériences artistiques originales, l’hybridation actuelle du spectacle vivant et des…
03 janvier 2024   •  
Écrit par Maxence Grugier
En studio avec Lou Fauroux : « J’apprécie cette idée de développer un art dans une économie low-tech »
“WhatRemains, Genesis” ©Lou Fauroux
En studio avec Lou Fauroux : « J’apprécie cette idée de développer un art dans une économie low-tech »
Quelques mois après son premier solo show à la Galerie du Crous, à Paris, Lou Fauroux ne cesse de développer des œuvres qui encouragent…
05 décembre 2023   •  
Écrit par Maxime Delcourt
Tout comprendre à TouchDesigner, ce logiciel qui permet de créer en temps réel
©TouchDesigner
Tout comprendre à TouchDesigner, ce logiciel qui permet de créer en temps réel
TouchDesigner est encore peu utilisé des créateur·rices numériques européen·nes. Pourtant son potentiel d’interactivité en temps réel et…
13 septembre 2023   •  
Écrit par Adrien Cornelissen
Explorez
Book club : « Manifesto for Cyborgs » de Donna Haraway
Book club : « Manifesto for Cyborgs » de Donna Haraway
Avant de s’imposer dans les musées, l’art numérique trouve sa source dans les bibliothèques. « Book Club » revient sur ces livres...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Art numérique : les artistes arabes demandent voix au chapitre
Skyseeef, Série Culture is the waves of the future, 2024, photographie © Skyseeef
Art numérique : les artistes arabes demandent voix au chapitre
À l’occasion de l’exposition “Arabofuturs” actuellement présentée à l’Institut du Monde Arabe, reportage auprès des artistes...
22 mai 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Chun Hua Catherine Dong : "L’IA me permet d’économiser du temps et de l’argent au moment de créer"
“Reconnection”, performance photographique, 2021 ©Chun Hua Catherine Dong
Chun Hua Catherine Dong : « L’IA me permet d’économiser du temps et de l’argent au moment de créer »
Parmi les figures de l’art numérique québécois les plus exposées en France et à l’international, Chun Hua Catherine Donc se tient...
20 mai 2024   •  
Écrit par Maxime Delcourt
Que penser d'Artificial Dreams, l'expo qui interroge l'IA au cœur de la création artistique ?
“AI & Me” ©Mots
Que penser d’Artificial Dreams, l’expo qui interroge l’IA au cœur de la création artistique ?
Des humains qui virevoltent dans les airs, des plantes robotisées, des fonds marins en effervescence, des bestioles et des végétaux...
17 mai 2024   •  
Écrit par Benoit Gaboriaud
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Premier contact : Gala Hernández López en 3 infos essentielles
©Julien Liénard
Premier contact : Gala Hernández López en 3 infos essentielles
Être artiste, c’est permettre la rencontre avec une œuvre, une pensée, un thème, une esthétique....
Il y a 2 heures   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Book club : « Manifesto for Cyborgs » de Donna Haraway
Book club : « Manifesto for Cyborgs » de Donna Haraway
Avant de s’imposer dans les musées, l’art numérique trouve sa source dans les bibliothèques. « Book Club » revient sur ces livres...
Il y a 6 heures   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Art numérique : les artistes arabes demandent voix au chapitre
Skyseeef, Série Culture is the waves of the future, 2024, photographie © Skyseeef
Art numérique : les artistes arabes demandent voix au chapitre
À l’occasion de l’exposition “Arabofuturs” actuellement présentée à l’Institut du Monde Arabe, reportage auprès des artistes...
22 mai 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Paris : 3 œuvres numériques à voir pendant la Nuit Blanche
K2-18B ©Musée Cognac
Paris : 3 œuvres numériques à voir pendant la Nuit Blanche
Et si samedi 1er juin, vous délaissiez votre lit pour passer la nuit au musée ? À l’occasion de la Nuit Blanche, Fisheye Immersive...
21 mai 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard