Vu à Arles : un artiste indien utilise la photographie 3D pour traduire les émotions du deuil

Vu à Arles : un artiste indien utilise la photographie 3D pour traduire les émotions du deuil
Vishal Kumaraswamy. Série ಮರಣ Marana [Décès], 2022-2023

Les Rencontres de la photographie d’Arles s’ouvrent aux formes photographiques non-conventionnelles. Celles-ci dévoilent toute leur puissance à travers des expériences indicibles, telle la série ಮರಣ Marana [Décès] de Vishal Kumaraswamy.

À l’évidence, Vishal Kumaraswamy ne s’intéresse pas à l’universalité du deuil. Pas uniquement, du moins. Ce qui compte pour cet artiste indien, né en 1988 à Bengaluru, c’est la dimension communautaire de cette épreuve. Par attrait psychologique, mais aussi par nécessité de penser des œuvres fédératrices, de créer des liens avec d’autres communautés. Un hasard ? Pas vraiment quand on sait que Vishal Kumaraswamy appartient à la communauté dalit, à ceux que l’on surnomme les « hors caste », une catégorie de personnes subissant de nombreuses discriminations.

Consciemment ou non, ce statut influence aujourd’hui son travail à la croisée du film, de la performance et de l’art informatique dans une perspective « anti-caste ».

©Vishal Kumaraswamy

Sélectionnée par le Prix Découverte Fondation Louis-Roederer des Rencontres de la photographie d’Arles, sa série ಮರಣ Marana [Décès] (2022-2023) est exposée jusqu’au 27 août à l’Église des Frères Prêcheurs avec la collaboration du collectif artistique, transféministe et antiraciste Party Office. Fruit d’une documentation visuelle de processions funéraires, les photos ont servi à produire une cartographie de gestes à l’aide du scanner 3D et de la photogrammétrie. Par la suite, elles ont été réinterprétées sous forme de visuels génératifs afin de simuler une impression de mouvement dans un contexte abstrait.

Lutter contre le sceau d’invisibilité

Au sein de la communauté dalit, les cortèges funèbres sont le seul moment où les membres sont tolérés à déambuler collectivement dans l’espace public, ceci jusqu’à l’enterrement. C’est sur cette tension entre disparition et visibilité que Vishal Kumaraswamy s’est focalisé. Interviewé par le média Asap Art, il explique : « Pendant cette période de suspension, la procession se déroule à la fois comme l’expression d’un deuil et comme un défi aux règles futiles qui régissent le mouvement de corps comme les nôtres, vivants ou morts. »

ಮರಣ Marana [Demise] (2022–2023) ©Tanvi Mishra.

Dans ses images, le mouvement oscille ainsi entre effacement, chorégraphie et célébration, exprimant ainsi à la perfection le paradoxe de ce qui se joue au cœur de ces rites. Toutefois, un autre enjeu semble à l’œuvre au sein de ces images 3D : favoriser l’émancipation des membres de la communauté, révéler d’autres représentations que celles imposées par la caste dominante dans l’espace social en les faisant pénétrer l’environnement numérique. Ce faisant, Vishal Kumaraswamy délivre via ಮರಣ Marana [Demise] une vision du virtuel comme lieu non-codifié, susceptible de débarrasser les sociétés des violences sociales. Un idéal 2.0 auquel on a envie de croire.

À lire aussi
"Ne nous libérez pas, on s'en occupe" : quand les artistes utilisent le digital pour questionner l'héritage colonial
“Voidwalker” ©Serwah Attafuah
« Ne nous libérez pas, on s’en occupe » : quand les artistes utilisent le digital pour questionner l’héritage colonial
Alors que la question autour de la décolonisation des musées se pose à intervalles réguliers ces dernières années, nombre d’institutions…
09 août 2023   •  
Écrit par Maxime Delcourt
Dialogues immersifs : quand la musique et la XR explorent le trauma des opposants politiques en Iran
Dialogues immersifs : quand la musique et la XR explorent le trauma des opposants politiques en Iran
Habitat sonore, à Montréal, est un dispositif d’écoute en immersion dans les pouvoirs du son, abstraction faite de tous bruits…
03 août 2023   •  
Écrit par Manon Schaefle
Dimitri Daniloff : "La photogrammétrie ou la 3D m’ont tout de suite permis de créer ce que j’avais en tête”
“Human Unlimited” ©Dimitri Daniloff
Dimitri Daniloff : « La photogrammétrie ou la 3D m’ont tout de suite permis de créer ce que j’avais en tête”
Durant l’été, de mi-juillet à fin septembre, Fisheye Immersive part à la rencontre de huit artistes numériques venus du monde entier…
01 août 2023   •  
Écrit par Maxime Delcourt
Explorez
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
“Attila cataracte ta source/aux pieds des pitons verts/finira dans la grande mer/gouffre bleu/nous nous noyâmes/dans les larmes marées de la lune”, Pavillon français, Julien Creuzet ©Jacopo La Forgia
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
Alors que la 60ème édition de la Biennale de Venise vient d’être inaugurée, zoom sur cinq artistes qui mettent l’art numérique au centre...
18 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
"Poetics of Encryption", l'exposition qui explore notre relation (complexe) aux technologies
“holding death close”, 2021. Video still ©enorê
« Poetics of Encryption », l’exposition qui explore notre relation (complexe) aux technologies
Présentée à la galerie KW et inspirée du livre “Poetics of Encryption: Art and the Technocene” de Nadim Samman, l'exposition berlinoise...
16 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
"À quoi rêvent les ondes ?" La belle exposition du collectif Bones & Clouds
“D'ici peu...” ©Bones & Clouds
« À quoi rêvent les ondes ? » La belle exposition du collectif Bones & Clouds
Matérialiser ce qui échappe à notre perception ; créer un point de connexion entre l'art, la science et la spiritualité ; éprouver...
15 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
"What The Punk!", le documentaire qui décrypte la naissance des CryptoPunks
Extrait du documentaire “What The Punk!”
« What The Punk! », le documentaire qui décrypte la naissance des CryptoPunks
Présenté lors de la dernière édition du Festival international du film sur l’art (FIFA), “What The Punk!” revient sur l’une des plus...
12 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Botanique et science-fiction : rencontre avec l'artiste pluridisciplinaire Léa Collet
Botanique et science-fiction : rencontre avec l’artiste pluridisciplinaire Léa Collet
Candide l’affirmait : “Il faut cultiver notre jardin”. L’artiste Léa Collet, elle, cultive le sien sur le vaste terrain du numérique....
19 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Book club : "Le Samouraï virtuel" de Neal Stephenson
Book club : « Le Samouraï virtuel » de Neal Stephenson
Avant de s’imposer dans les musées, l’art numérique trouve sa source dans les bibliothèques. « Book Club » revient sur ces livres...
19 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
“Attila cataracte ta source/aux pieds des pitons verts/finira dans la grande mer/gouffre bleu/nous nous noyâmes/dans les larmes marées de la lune”, Pavillon français, Julien Creuzet ©Jacopo La Forgia
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
Alors que la 60ème édition de la Biennale de Venise vient d’être inaugurée, zoom sur cinq artistes qui mettent l’art numérique au centre...
18 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Bill Viola, au seuil de l'image et du temps
Bill Viola. “Sculptor of Time” ©Tempora/Anthony Dehez
Bill Viola, au seuil de l’image et du temps
En 18 œuvres vidéo aussi diverses (écrans, installations, salles immersives) que puissantes, l’exposition “Sculptor Of Time” du Musée de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Laurent Catala