Doku, la réincarnation « bouddhiste » de Lu Yang ?

Doku, la réincarnation « bouddhiste » de Lu Yang ?

Artiste multimédia, diplômé du département des Arts médias de l’Académie nationale des beaux-arts de Chine à Hangzhou, Lu Yang répand sa bienveillance au-delà de son pays natal. À la Fondation Louis Vuitton, il présente actuellement une installation vidéo inédite qui s’articule autour de son nouveau film DOKU The Flow, deuxième chapitre d’une série consacrée à son alter-ego, à travers lequel il expose sa philosophie bouddhiste et défend le principe de causalité.

DOKU est la contraction du mot japonais 読書 毒死 (dokusho dokushi) qui signifie « on naît seul, on meurt seul ». Désormais, c’est également le nom du héros des expérimentations spirituelles et poétiques de Lu Yang, une réincarnation numérique à travers laquelle l’artiste chinois explore une nouvelle forme de liberté. Tel un danseur-acrobate androgyne, cet avatar aux multiples visages évolue dans des mondes virtuels quasi post-apocalyptiques dans lesquels il transcende les limites du corps physique. Pour ce faire, Lu Yang s’est immergé dans la philosophie bouddhiste, et explique aujourd’hui la manière dont celle-ci est venue nourrir un travail aussi contemplatif que complexe.

Vue d’installation, Open Space #14, Fondation Louis Vuitton, Paris. Œuvre vidéo à l’image : Lu Yang, DOKU The Flow, 2024 ©Fondation Louis Vuitton/Jules Hidrot

Comment et pourquoi vous êtes-vous intéressé aux arts numériques ?

Lu Yang : Le public et la critique m’ont classé dans la catégorie des artistes numériques, mais je ne cherche pas spécialement à en être un. D’ailleurs, que je sois ou non considéré comme un artiste n’a pas d’importance. Je choisis simplement d’utiliser certains des outils les plus pratiques et disponibles au sein de mon époque pour exprimer des idées fondamentales.

À ce propos, qu’est-ce qui vous fascine dans les mondes post-apocalyptiques ?

Lu Yang : Je ne suis pas particulièrement fasciné par l’apocalypse, je le suis davantage par les règles universelles de la vie : l’apparition, l’existence, la détérioration, puis le vide. C’est pour ça que Bouddha est extrêmement présent dans DOKU The Flow, dans le sens où sa sagesse a répondu à mes questions sur l’univers tout entier.

LuYang
« Je choisis simplement d’utiliser certains des outils les plus pratiques et disponibles au sein de mon époque pour exprimer des idées fondamentales. »

«Doku » est la contraction d’un mot japonais signifiant « on naît seul, on meurt seul ». Doit-on y voir un clin d’œil à votre rapport à la philosophie bouddhiste ?

Lu Yang : Cette expression est issue des écritures bouddhistes du Sūtra de Vie-Infinie qui traitent de la nature individuelle de la vie : chaque être naît et meurt en tant qu’individu indépendant. Cette doctrine dit que nos expériences personnelles ne peuvent être ni partagées ni transférées, même si les gens peuvent interagir et se croiser. Cette notion met l’accent sur la responsabilité individuelle, et rappelle que chacun doit être responsable de ses actes et de leurs conséquences. Ce concept est aussi lié à la doctrine bouddhiste de « Anatta » (non-soi), qui suggère que les individus devraient voir à travers eux et transcender leur attachement au « soi », en réalisant que le « soi » est un phénomène temporaire et en constante évolution. Cette compréhension permet de réduire les pensées et les comportements égocentriques, et ainsi de favoriser la compassion et la compréhension de l’autre. J’ai aussi choisi ce nom car il est facile à diffuser et à retenir.

Vue d’installation, Open Space #14, Fondation Louis Vuitton, Paris. Œuvre vidéo à l’image : Lu Yang, DOKU The Flow, 2024 ©Fondation Louis Vuitton/Jules Hidrot

D’un point de vue technique, comment avez-vous créé le personnage DOKU ?

Lu Yang : J’ai scanné mon propre visage en 3D et je l’ai construit à l’aide de logiciels et de moteurs de jeux vidéo.

Cette réincarnation numérique représente-t-elle pour vous une nouvelle forme de liberté ? Est-ce une manière de définir ou de redéfinir l’être humain au-delà des questions de genre ou de nationalité ?

Lu Yang : Je refuse absolument de restreindre la liberté de mon personnage DOKU en lui collant des étiquettes binaires. Il s’en affranchit totalement. Pour lui, le sexe, la nationalité, l’âge, tous ces éléments ne sont pas sources de discussions.

LuYang
« Je refuse absolument de restreindre la liberté de mon personnage DOKU en lui collant des étiquettes binaires.  »

Quelle est l’importance du Karma pour vous, et dans votre travail ?

Lu Yang : Notre monde fonctionne sur le principe de causalité. Que nous y prêtions attention ou que nous l’ignorions, ses lois restent inchangées. Quel que soit notre point de vue, nous ne pourrons pas les modifier. Bien entendu, je les respecte et j’y crois fermement. J’espère aborder chaque action avec respect envers le principe de causalité.

Vue d’installation, Open Space #14, Fondation Louis Vuitton, Paris. Œuvre vidéo à l’image : Lu Yang, DOKU The Flow, 2024 ©Fondation Louis Vuitton/Jules Hidrot

Tandis que DOKU The Self explorait principalement le pseudo-concept du soi, DOKU the Flow plonge dans l’idée de la dissolution du soi, quitte à révéler son omniprésence dans l’univers en tant que concept fluide. Travaillez-vous d’ores et déjà à un troisième chapitre ?

Lu Yang : Je travaille actuellement sur la troisième partie, intitulée DOKU The Illusion. Pour le dire très clairement, celle-ci explore le caractère illusoire de notre existence, en commençant par un débat entre le monde virtuel et le monde réel, interrogeant ce qui est réel et ce qui ne l’est pas.

  • DOKU The Flow, jusqu’au 9 septembre 2024, galerie 8, Fondation Louis Vuitton, Paris.
À lire aussi
Manga, bouddhisme et transhumanisme : Lu Yang crée l'événement à la Fondation Louis Vuitton
“DOKU – The Flow”, film still ©Lu Yang
Manga, bouddhisme et transhumanisme : Lu Yang crée l’événement à la Fondation Louis Vuitton
Présentée dans le cadre d’Open Space, le programme dédié à la création contemporaine de la FLV, l’œuvre immersive “DOKU – The Flow” de Lu…
10 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
« Ça a été une révélation » : quand l’avatar ouvre l’horizon du coming out
“Fallout 4“ ©Bethesda Softworks
« Ça a été une révélation » : quand l’avatar ouvre l’horizon du coming out
Esquiver, attaquer puis… Avoir « le déclic ». En se glissant dans la peau de personnages LGBT+, certains gamers s’aventurent vers les…
20 avril 2023   •  
Écrit par Antonin Gratien
Jeux vidéo, Islande et culture queer : les 5 inspirations de Jonathan Coryn
Portrait de Jonathan Coryn
Jeux vidéo, Islande et culture queer : les 5 inspirations de Jonathan Coryn
Ancien étudiant des Beaux-Arts de Cergy, et de Royal Academy of Denmark, l’artiste et game designer français est aujourd’hui le créateur…
26 avril 2024   •  
Écrit par Maxime Delcourt
Explorez
Book club : « Manifesto for Cyborgs » de Donna Haraway
Book club : « Manifesto for Cyborgs » de Donna Haraway
Avant de s’imposer dans les musées, l’art numérique trouve sa source dans les bibliothèques. « Book Club » revient sur ces livres...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Art numérique : les artistes arabes demandent voix au chapitre
Skyseeef, Série Culture is the waves of the future, 2024, photographie © Skyseeef
Art numérique : les artistes arabes demandent voix au chapitre
À l’occasion de l’exposition “Arabofuturs” actuellement présentée à l’Institut du Monde Arabe, reportage auprès des artistes...
22 mai 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Chun Hua Catherine Dong : "L’IA me permet d’économiser du temps et de l’argent au moment de créer"
“Reconnection”, performance photographique, 2021 ©Chun Hua Catherine Dong
Chun Hua Catherine Dong : « L’IA me permet d’économiser du temps et de l’argent au moment de créer »
Parmi les figures de l’art numérique québécois les plus exposées en France et à l’international, Chun Hua Catherine Donc se tient...
20 mai 2024   •  
Écrit par Maxime Delcourt
Que penser d'Artificial Dreams, l'expo qui interroge l'IA au cœur de la création artistique ?
“AI & Me” ©Mots
Que penser d’Artificial Dreams, l’expo qui interroge l’IA au cœur de la création artistique ?
Des humains qui virevoltent dans les airs, des plantes robotisées, des fonds marins en effervescence, des bestioles et des végétaux...
17 mai 2024   •  
Écrit par Benoit Gaboriaud
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Premier contact : Gala Hernández López en 3 infos essentielles
©Julien Liénard
Premier contact : Gala Hernández López en 3 infos essentielles
Être artiste, c’est permettre la rencontre avec une œuvre, une pensée, un thème, une esthétique....
Il y a 3 heures   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Book club : « Manifesto for Cyborgs » de Donna Haraway
Book club : « Manifesto for Cyborgs » de Donna Haraway
Avant de s’imposer dans les musées, l’art numérique trouve sa source dans les bibliothèques. « Book Club » revient sur ces livres...
Il y a 7 heures   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Art numérique : les artistes arabes demandent voix au chapitre
Skyseeef, Série Culture is the waves of the future, 2024, photographie © Skyseeef
Art numérique : les artistes arabes demandent voix au chapitre
À l’occasion de l’exposition “Arabofuturs” actuellement présentée à l’Institut du Monde Arabe, reportage auprès des artistes...
22 mai 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Paris : 3 œuvres numériques à voir pendant la Nuit Blanche
K2-18B ©Musée Cognac
Paris : 3 œuvres numériques à voir pendant la Nuit Blanche
Et si samedi 1er juin, vous délaissiez votre lit pour passer la nuit au musée ? À l’occasion de la Nuit Blanche, Fisheye Immersive...
21 mai 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard