Et la guêpe entra dans la figue, l’expo qui renoue avec nos racines

Et la guêpe entra dans la figue, l’expo qui renoue avec nos racines
“Matrix Vegetal” ©Patricia Dominguez

À l’instar de nombreuses autres expositions d’art numérique à l’heure actuelle, celle de la galerie Spiaggia Libera, à Paris, vise à replacer la nature au centre de nos préoccupations en revalorisant les pratiques vernaculaires à l’ère du tout-technologique. Pour un résultat finalement aussi critique et réflexif que nécessaire à la préservation de notre avenir.

Pour la première fois, la galerie Spiaggia Libera, inaugurée en 2023, invite des commissaires extérieurs, Alexis Loisel-Montambaux et Felicien Grand D’Esnon. L’objectif ? Faire entendre des nouvelles voix qui puissent partager le travail d’artistes en lien avec d’autres directions artistiques, et ainsi, à en croire la fondatrice et directrice, Sacha Guedj Cohen, « ouvrir des champs, d’autres visions »

Pour ce faire, cinq artistes ont été invités : Anima Correa et Jenna Sutela, habituées des collaborations avec la galerie d’art parisienne, mais aussi Patricia Dominguez, Katija Novitskova et Timur Si Qin, à la dimension plus internationale. Dans Et la guêpe entra dans la figue, tous et toutes présentent différentes manières d’aborder la pratique du techno-vernaculaire, ainsi que la symbiose interespèces entre l’humain et le non-humain, entre l’animal et le végétal.

Loose Lips Sink Ships ©Ánima Correa

Qui observe qui ?

L’exposition s’ouvre sur les œuvres d’Anima Correa et de Katija Novitskova qui, d’emblée, déstabilisent, en raison des multiples paires d’yeux braqués sur nous : ceux de créatures en tout genre, accompagnés ici de sons électroniques – semblables à ce qui pourrait être un chant de cigales un soir d’été – et d’une odeur. Celle du patchouli, une plante tropicale aux notes terreuses et boisées, rappelant que tout a été pensé ici pour plonger le spectateur dans l’univers techno-vernaculaire de ces artistes qui, selon Sacha Guedj Cohen, « explorent des alternatives à une vision linéaire du temps et connectent des mondes qu’on oppose souvent ». Ou comment renouer avec une nature qui se veut ici magique et puissante.

Chez Anima Correa, une artiste américaine qui travaille autour de l’univers des fonds marins, le techno-vernaculaire se retrouve dans des peintures pop façon street art, dans lesquelles elle met en scène différentes espèces ou créatures informes. Ici, l’œil d’un céphalopode ; là, les yeux verts amorphes de ce que l’on nomme un « revenant » (surnom d’une famille de poisson) ; ailleurs, une créature hybride, constituée de plusieurs parties d’animaux marins, ainsi que des obsidiennes, des pierres puissantes réputées pour leurs propriétés de protection. Simple délire surréaliste ? Plutôt une critique de l’omniprésence des Hommes et des technologies, précisément celles qui vident la Terre de ses ressources.

Earthware ©Katja Novitskova

Fusionner la technologie avec la faune et la flore 

En face des œuvres d’Anima Correa, on retrouve les créatures de l’artiste engagée Katija Novitskova. Depuis Amsterdam, où elle est basée, cette dernière travaille régulièrement avec des scientifiques, et s’intéresse à la question des datas – essentiels pour elle comme pour tout artiste issu de la génération post-Internet -, ainsi qu’à l’impact de la digitalisation du monde sur notre société. Cela se traduit ici dans des œuvres qui étudient l’évolution des animaux dans des zones naturelles – Katija Novitskova travaille régulièrement avec des parcs nationaux et des réserves – grâce à une intelligence artificielle chargée de relier le passé d’une espèce à son futur. C’est ainsi que le Gnou d’Earthware est né le 6 octobre 2017, et se voit ici représenté dans des impressions digitales finalement semblables à ces dessins que l’on trouvait jadis sur les parois des grottes. Au milieu de l’exposition, on fait même face à une peinture rupestre, témoignant du choix délibéré d’utiliser une esthétique similaire à celle des peintures de la préhistoire.

Untitled (natural origin, 5) ©Timur Si-Qin

Plus on avance au sein de l’exposition, plus la volonté de retourner vers la nature, aux pratiques ancestrales, se veut manifeste. Dans la seconde pièce, on retrouve une œuvre d’Anima Correa, Bottomfeeder (Piriwiri), qui, comme les deux premières, critique l’impact de l’Homme « tout puissant » investissant les fonds marins quitte à en perturber l’écosystème naturel. En face, deux photos de Timur Si Qin captent l’attention. Parce que l’Allemand, connu pour ses explorations dans la nature et sa pratique de la photogrammétrie, modélise ici en 3D diverses plantes observées lors de ses escapades – une démarche jusqu’au-boutiste qui lui permet de créer via Untitled (natural origin, 9 et 5) une autre typologie de plantes. Parce que, une fois de plus, ses œuvres replacent la nature au centre d’une nouvelle spiritualité, une nouvelle religion qui viendrait supplanter toutes les autres. Et parce que Timur Si Qin confère à ses créations une esthétique clinquante, semblable au visuel d’une publicité, pour formuler au mieux sa critique du capitalisme, et ainsi militer en faveur de cette nouvelle religion. 

Matrix Vegetal ©Patricia Dominguez

Aux sources de la spiritualité 

La dernière œuvre de l’exposition, Matrix Vegetal, prend quant à elle la forme d’une fiction éthnobotanique, réalisée par Patricia Dominguez, dans laquelle se déploie un monde entièrement digitalisé. Pour cela, l’artiste chilienne a traversé la frontière péruvienne, s’est immergée durant plusieurs mois au sein d’une communauté, s’est imprégnée de sa culture, ses traditions et ses coutumes, quitte à consommer de l’ayahuasca dans l’idée, toujours souterraine ici, de renouer avec la nature et la spiritualité. En résulte une vidéo où la protagoniste, vêtue d’une combinaison futuriste, comme pour appuyer l’idée d’une autre temporalité, tente à l’aide d’une plante de retirer toutes traces de digital de son corps. Avec, comme point d’ancrage dans le réel, cette peinture qui entoure l’écran et reprend les motifs totémiques de la communauté dans laquelle elle a vécu, soulignant au passage l’idée d’une élévation.

De bout en bout, Et la guêpe entra dans la figue donne ainsi à voir la manière dont les artistes pensent les nouvelles technologies qui régissent notre société, comment ils repensent nos modèles sociétaux à partir d’éléments existants trop souvent oubliés, leur redonnant ainsi une légitimité, une place centrale au sein de nos existences. Jamais spectaculaire ou démonstrative, l’exposition saisit au contraire par sa quête d’authenticité et ses œuvres réflexives, parfaites pour amener quiconque à revoir ses priorités.

  • Et la guêpe entra dans la figue, jusqu’au 11.05, Galerie Spiaggia Libera, Paris.
À lire aussi
« La technologie ne m'intéresse que pour me connecter à la nature » : rencontre avec Neil Harbisson, pionnier du cyborg art
Portrait de Neil Harbisson ©Dilip Bhoye
« La technologie ne m’intéresse que pour me connecter à la nature » : rencontre avec Neil Harbisson, pionnier du cyborg art
Depuis 2004, Neil Harbisson vit et crée avec une antenne implantée dans le crâne. Alors qu’il s’apprête à exposer ses nouveaux travaux au…
25 août 2023   •  
Écrit par Maxime Delcourt
Biennale Nova_XX, l'expo expérientielle qui imagine de nouveaux mondes
“Le Blobarium de Mary Harris” ©Louise Charlier
Biennale Nova_XX, l’expo expérientielle qui imagine de nouveaux mondes
Pensée autour du thème « Plurivers et Contingence”, la Biennale Nova_XX confère au Centre Wallonie-Bruxelles/Paris des allures de zone 51…
08 mars 2024   •  
Ce que disent les plantes : l’exposition qui invite à penser la nature autrement
“Floralia” de Sabrina Ratté ©Greg Carideo – courtesy of Arsenal Contemporary Art
Ce que disent les plantes : l’exposition qui invite à penser la nature autrement
Quel avenir pour les plantes, et donc pour l’humanité ? À l’heure où 40% des espèces végétales sont menacées, les scientifiques…
11 octobre 2023   •  
Écrit par Benoit Gaboriaud
Explorez
Bill Viola, au seuil de l'image et du temps
Bill Viola. “Sculptor of Time” ©Tempora/Anthony Dehez
Bill Viola, au seuil de l’image et du temps
En 18 œuvres vidéo aussi diverses (écrans, installations, salles immersives) que puissantes, l’exposition “Sculptor Of Time” du Musée de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Laurent Catala
REBOOT : Les œuvres numériques remontent le temps
“Moiré” de Livinus van de Bundt & Jeep van de Bundt ©Pieter Kers, Beeld.nu
REBOOT : Les œuvres numériques remontent le temps
En mixant œuvres anciennes et récentes, l’exposition “REBOOT : Pioneering Digital Art ”propose une curieuse mise entre perspective de...
11 avril 2024   •  
Écrit par Laurent Catala
Biennale Nova_XX, l'expo expérientielle qui imagine de nouveaux mondes
“Le Blobarium de Mary Harris” ©Louise Charlier
Biennale Nova_XX, l’expo expérientielle qui imagine de nouveaux mondes
Pensée autour du thème "Plurivers et Contingence”, la Biennale Nova_XX confère au Centre Wallonie-Bruxelles/Paris des allures de zone 51...
08 mars 2024   •  
Montréal en Lumière : l'art fait sa nuit blanche
“Last Species on Earth” ©Shonee
Montréal en Lumière : l’art fait sa nuit blanche
Incarné par une Nuit Blanche festive et rassembleuse, Montréal en Lumière a chaque année la bonne idée d'inclure des œuvres numériques au...
05 mars 2024   •  
Écrit par Maxime Delcourt
Nos derniers articles
Voir tous les articles
Botanique et science-fiction : rencontre avec l'artiste pluridisciplinaire Léa Collet
Botanique et science-fiction : rencontre avec l’artiste pluridisciplinaire Léa Collet
Candide l’affirmait : “Il faut cultiver notre jardin”. L’artiste Léa Collet, elle, cultive le sien sur le vaste terrain du numérique....
19 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Book club : "Le Samouraï virtuel" de Neal Stephenson
Book club : « Le Samouraï virtuel » de Neal Stephenson
Avant de s’imposer dans les musées, l’art numérique trouve sa source dans les bibliothèques. « Book Club » revient sur ces livres...
19 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
“Attila cataracte ta source/aux pieds des pitons verts/finira dans la grande mer/gouffre bleu/nous nous noyâmes/dans les larmes marées de la lune”, Pavillon français, Julien Creuzet ©Jacopo La Forgia
Biennale de Venise : 5 artistes numériques à retrouver sur place
Alors que la 60ème édition de la Biennale de Venise vient d’être inaugurée, zoom sur cinq artistes qui mettent l’art numérique au centre...
18 avril 2024   •  
Écrit par Zoé Terouinard
Bill Viola, au seuil de l'image et du temps
Bill Viola. “Sculptor of Time” ©Tempora/Anthony Dehez
Bill Viola, au seuil de l’image et du temps
En 18 œuvres vidéo aussi diverses (écrans, installations, salles immersives) que puissantes, l’exposition “Sculptor Of Time” du Musée de...
17 avril 2024   •  
Écrit par Laurent Catala